mercredi 1 novembre 2017

Disparition d'Alexia : « Peut-être le début d’une longue enquête »

La gendarmerie aura besoin d’un peu de chance, dans cette affaire. Elle a en tout cas déployé un dispositif inédit pour rechercher la victime et l’a en partie maintenu toute cette journée de mardi pour collecter le moindre indice.
Depuis la découverte du corps calciné en lisière d’un bois entre Velet et Esmoulins, lundi vers 15 h, la partie scientifique de l’enquête est à l’œuvre avec des techniciens d’investigation criminelle. L’équipe de la section de recherches criminelles de la gendarmerie des transports aériens a déployé trois drones au-dessus du site de découverte pour « lire » les éventuelles traces au sol qui pourraient donner des indices. Hier, jusqu’en milieu d’après-midi, le site était toujours protégé par une tente disposée au-dessus du lieu où le ou les auteurs du crime ont tenté de faire disparaître le corps.

Une cellule spéciale

Une centaine de militaires continue à ratisser les lieux et multiplie les visites de tous les riverains du site pour collecter la moindre information. On sait que des voitures ont été saisies et examinées par des spécialistes de la police scientifique pour contrôle.
Une cellule spéciale a été constituée par le juge d’instruction pour maintenir le niveau d’engagement des forces de l’ordre qui reste exceptionnel, comme l’a plusieurs fois indiqué le procureur de Vesoul Emmanuel Dupic.
Entendu comme témoin par les gendarmes, le mari de la jeune femme, un technicien en informatique de 33 ans, a décidé de se constituer partie civile, ont indiqué mardi ses avocats, Mes Emilie Baudry et Christophe Ballorin. L’objectif est de pouvoir « avoir un accès au dossier et continuer à pouvoir être informés en collaboration avec le parquet », a précisé Me Ballorin.
Les pistes évoquées ne sont pas confirmées par le parquet. Le harceleur téléphonique qui aurait importuné la jeune femme a été entendu mais ne serait pas impliqué dans la disparition d’Alexia. Quant à l’exhibitionniste qui viserait les joggeuses et les sportives, il semble que des vérifications à grande échelle soient en cours. Des témoignages rapportent qu’un homme d’une soixantaine d’années aurait importuné deux adolescentes au mois de juillet à proximité de Gray-la-Ville.

L’auteur du meurtre serait revenu sur les lieux

Il reste que les conditions de la macabre découverte posent question. L’auteur du meurtre a vraisemblablement déposé le corps dans la forêt le samedi matin. Ou alors il l’a gardé dans son véhicule jusqu’au soir. En tout état de cause, il a déclenché le feu dans la nuit de samedi à dimanche puisque la fumée aurait été forcément aperçue par l’hélicoptère de la gendarmerie et les premières battues. Tout porte à croire qu’il est revenu le dimanche sur le site pour dissimuler les restes du corps et du foyer sous des branchages et des feuilles. L’autopsie en dira plus sur l’épouvantable scénario. Toutefois, il paraît étonnant qu’un véhicule ait pu circuler autant de fois à cet endroit-là sans être remarqué. Le samedi, les recherches ont porté quelques volontaires vers ces lieux ainsi que le dimanche.
Le numéro de téléphone des gendarmes reste en place pour toutes les personnes qui auraient pu remarquer des allées et venues dans la journée de samedi, dans la nuit et le dimanche matin dans les bois entre Velet et Esmoulins : 03 84 65 11 45. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire