dimanche 5 novembre 2017

Alexia Daval a été étranglée, n’aurait pas été violée

Alexia Daval, la jeune femme retrouvée morte lundi près de Gray, en Haute-Saône, a été étranglée.
Les résultats de l’autopsie pratiquée jeudi sur son corps calciné ont permis d’établir un décès par strangulation, mais selon les premières constatations, la jeune femme n’aurait pas été violée.
La procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot, tiendra une conférence de presse lundi à 11 heures au tribunal de Besançon.
"On connaît les causes de la mort d’Alexia, mais des examens complémentaires sont encore nécessaires pour en connaître le détail", avait expliqué vendredi Mme Roux-Morizot.
"Plein d’indices ont pu être recueillis et l’autopsie a permis de conclure à un certain nombre d’éléments intéressants pour l’enquête", avait confié la magistrate.
Les résultats de l’autopsie permettent aux enquêteurs d’éliminer certaines pistes, comme celle d’un accident, et de se focaliser sur celle d’un homicide dont les raisons restent à déterminer.
Alexia Daval était partie courir samedi dernier et son mari, sans nouvelle après plusieurs heures, avait alerté la gendarmerie. Le corps avait été découvert calciné caché sous des feuillages dans un bois loin du parcours habituellement emprunté pour son jogging.
Le meurtre de la jeune femme a choqué à Gray, mais également un peu partout en France. Sa famille a invité à une marche silencieuse dimanche à 11 heures à Gray pour lui rendre hommage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire