samedi 2 septembre 2017

Disparition de Maëlys: Ouverture d’une information judiciaire contre X, deux juges saisis

Nouvelle étape dans l’enquête sur ladisparition de Maëlys, la fillette de 9 ans disparue dans la nuit de samedi à dimanche dernier en marge d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin dans l’Isère.

Deux juges saisis

Alors que des centaines volontaires menaient ce samedi une battue citoyenne pour tenter de la retrouver, le procureur adjoint de Grenoble Laurent Becuywe a annoncé qu’une information judiciaire a été ouverte et que deux juges ont été saisis pour mener l’enquête sur la disparition.
« Une information judiciaire a été ouverte contre X du chef d’enlèvement et séquestration d’un mineur de 15 ans », a indiqué M. Becuywe lors d’une conférence de presse.
Nouvelle étape dans l’enquête sur ladisparition de Maëlys, la fillette de 9 ans disparue dans la nuit de samedi à dimanche dernier en marge d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin dans l’Isère.

Libération des deux gardés à vue

Les deux hommes de 34 ansqui avaient été placés en garde à vue jeudi et vendredi ont été relâchés vendredi soir, a appris ce samedi l’AFP d’une source proche du dossier. « Les investigations continuent », a précisé cette source sans plus de précision.
Une décision justifiée ce samedi par le magistrat : «Les personnes gardées à vue avaient des éléments sur lesquelles il fallait qu’elles s’expliquent (…). Dans l’état, il a été décidé que ces éléments n’étaient pas des charges permettant de les déférer devant le juge d’instruction», a-t-il ajouté.
«Ce n’est pas parce qu’il y a des zones d’ombre que cela constitue des charges», a-t-il relevé.

«Judiciairement le cadre le plus adapté».

«Le changement de cadre juridique» matérialisé par l’ouverture d’une information judiciaire «n’atteste pas (…) d’une inquiétude particulière», a-t-il assuré
Il s’explique par le fait que, «le temps s’étant écoulé, le cadre de la disparition en flagrance n’est plus judiciairement le cadre le plus adapté».
Pour le magistrat, la priorité «absolue» est bien sûr de retrouver l’enfant de neuf ans disparue dans la nuit de samedi à dimanche à Pont-de-Beauvoisin (Isère).
Il a précisé que plus de 200 personnes avaient été entendues depuis le début de l’enquête et qu’une quarantaine de perquisitions menées.
«Les investigations sur le terrain sont arrivées presque au bout. Peut-être déjà, [elles sont] arrivées jusqu’au bout», a dit Laurent Becuywe.
Mots-clés :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire