vendredi 30 septembre 2016

À Clesles, le corps sans vie de la dame disparue depuis lundi a été retrouvé

La dame de 58 ans disparue à Clesles depuis lundi a été retrouvée vendredi en fin de matinée. Son corps sans vie a été repéré par les plongeurs de la gendarmerie. Il gisait dans la rivière La Sauvage, à quelques centaines de mètres du pont où la voiture de la dame avait été retrouvée lundi. Il n’y a pas d’obstacle médico-légal à l’inhumation de cette habitante de Clesles, le corps a été rendu à la famille. Aucune autopsie ne sera pratiquée, l’enquête concluant à une noyade volontaire. Après d’importantes opérations de recherches menées lundi, mardi et mercredi, les plongeurs de la gendarmerie étaient revenue ce vendredi.
http://www.lunion.fr/node/812613

Décès du dessinateur français Ted Benoît, qui avait notamment signé deux Blake et Mortimer

Amoureux de la "ligne claire", il était le plus emblématique des héritiers français d'Hergé : le dessinateur et scénariste Thierry Benoît, dit Ted Benoît, est mort ce vendredi à l'âge de 69 ans, comme l'annoncent les éditions Dargaud sur Twitter.

Prix du meilleur scénariste à Angoulême en 1979 pour son premier album "Hôpital", il avait notamment collaboré aux magazines "Métal hurlant", "L'Echo des savanes" et "A suivre". À la fin des années 1990, il avait été choisi aux côtés de Jean Van Hamme pour reprendre les aventures de Blake et Mortimer, dont il réalise deux albums : L'Affaire Francis Blake (1996) et L'Etrange Rendez-vous (2001).
http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud.html

jeudi 29 septembre 2016

L'appel à témoins a permis de retrouver la jeune fille disparue à Montardon

L'adolescente, âgée de 17 ans, avait quitté lundi soir son domicile de Montardon. Elle a été retrouvée dans la nuit de mercredi à jeudi grâce à un appel à la gendarmerie.
a gendarmerie avait lancé mercredi soir un appel à témoins dans le cadre de la disparition inquiétante d'une jeune fille âgée de 17 ans.
Un appel au centre opérationnel de la gendarmerie a permis de la retrouver dans la nuit de mercredi à jeudi.  "Grâce à votre grande mobilisation, vos très nombreux partages, et vos témoignages, [la jeune fille disparue] a été retrouvée cette nuit, seulement quelques heures après la publication de ce post", indique la gendarmerie des Pyrénées-Atlantiques sur sa page Facebook ce jeudi matin.
La jeune fille avait quitté son domicile lundi vers 22h45 et, depuis, elle n'avait pas réapparue.
http://www.larepubliquedespyrenees.fr/bearn-et-soule/pau/

mercredi 28 septembre 2016

Décès de l'ancien cascadeur Yvan Chiffre

Yvan Chiffre, ancien réalisateur et cascadeur dans de nombreux films, notamment en doublure d'Alain Delon, est décédé ce matin à l'âge de 80 ans, à Adissan dans l'Hérault, a annoncé à l'AFP son petit-fils César Chiffre.

Né à Paris en mars 1936, Yvan Chiffre s'était spécialisé dans les combats à l'arme blanche pour ses cascades. Il a notamment participé à "La Grande Vadrouille", "La Tulipe Noire", "Fantomas","Z", "Zorro" ou à la série "Thierry La Fronde".

Il a également mis en scène les cascades de plusieurs films avec Les Charlots et réalisé un film avec eux, "Bons baisers de Hong Kong". Il est aussi le réalisateur d'un film avec Coluche, "Le fou du roi".

Outre sa carrière au cinéma, il a monté une compagnie de chevalerie et monté des spectacles médiévaux. Il a publié en 1992 une autobiographie chez Denoël, "À l'ombre des stars : 30 ans d'action dans le cinéma".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

mardi 27 septembre 2016

APPEL À TÉMOINS. Disparition inquiétante d'une femme de 58 ans à Clesles

À Clesles, les militaires de la compagnie de gendarmerie d’Épernay recherchent activement une dame de 58 ans qui a quitté son domicile lundi en fin de matinée sans laisser de trace
Ne la voyant pas rentrer, c’est son mari qui a donné l’alerte lundi en début d’après-midi. Une dizaine de gendarmes de la communauté de brigades de Sézanne a aussitôt été dépêchée sur place, avec un maître-chien.
En milieu d’après-midi, les forces de l’ordre ont retrouvé le véhicule de la personne disparue sur le territoire de Clesles, à proximité d’un pont qui enjambe la rivière Sauvage. Les clefs étaient sur le contact et le sac à main, à l’intérieur.
Ce mardi, les recherches se poursuivent. Les gendarmes de la brigade nautique de Dienville doivent explorer en fin de matinée la rivière. L’hélicoptère de la gendarmerie a décollé de Metz pour survoler la zone. La Garde républicaine a, quant à elle, été appelée pour fouiller cet après-midi les bois se trouvant aux alentours. Pour l’heure, la gendarmerie lance un appel à témoins.
http://www.lunion.fr/node/810425

lundi 26 septembre 2016

Décès de René Marsiglia, ancien entraîneur de l’Amiens SC

René Marsiglia, l'ancien footballeur professionnel puis éducateur et entraîneur, s'est éteint à l'âge de 57 ans, dimanche, à Cagnes (Alpes-Maritimes) après des années de lutte contre le cancer, a-t-on appris dimanche auprès de proches de l'ex-défenseur pro.
Natif d'Aubagne, le Sudiste René Marsiglia avait débuté sa carrière de latéral gauche à Boulogne et l'avait poursuivie à Lille et Lens avant de rallier Toulon et enfin l'OGC Nice dont il avait été le capitaine dans la décennie 90. Entre 1998 et 2000, il avait entraîné l’équipe d’Amiens SC.

Homme chaleureux et investi, il avait mis tout son enthousiasme à entraîner l'AS Cannes puis à diriger les centres de formation du Havre et surtout celui de Nice entre 2006 et 2010.

Ancien adjoint d'Eric Roy à la direction de Nice à partir de juillet 2010, Marsiglia avait été propulsé en première ligne pour assurer le maintien en Ligue 1 par Jean-Pierre Rivère, le président du GYM en novembre 2011.

Sa mission bien remplie, le technicien, en fin de contrat dans le club niçois, avait transmis le relais à Claude Puel. Il avait depuis dirigé les footballeurs de Nîmes, de Dubaï Club. Il avait mis fin à sa carrière en 2014.

Ses obsèques auront lieu à Cannes, selon Thomas De Pariente, adjoint cannois délégué à la culture et proche.

L'OGCN a annoncé, dimanche, qu'un hommage lui sera rendu lors du prochain Nice-Lorient.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/

Doubs : disparition inquiétante aux Auxons

Besançon. La gendarmerie d’Ecole-Valentin (25) lance un appel à témoins à la suite de la disparition inquiétante de Bernard Perpignaa. Agé de 70 ans, il demeure au 7 rue de la mairie, aux Auxons (25).
Bernard Perpignaa a disparu depuis le 24 septembre, à 19 h 18. Il aurait pris un train à destination de Besançon où sa trace a été perdue. Il est susceptible d’avoir pris un autre train sans destination précise.
Cheveux gris assez longs, l’homme, très mince, mesure 1,75 m. Au moment de sa disparition, il portait un jogging noir à rayures blanches et une chemise à rayures bleues.
Toute personne susceptible d’apporter des éléments sur cette disparition est invitée à se manifester en appelant le numéro vert de la gendarmerie du Doubs au 0.800.00.48.43.
http://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon

dimanche 25 septembre 2016

Cotta sur Boissonnat : "Il rendait l'économie accessible"

Décès de Marcel Artélésa, capitaine des Bleus au Mondial-1966

Marcel Artélésa, ex-défenseur et capitaine de l'équipe de France au Mondial-1966, est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 78 ans, ont annoncé le club de Troyes (L2) et la Fédération (FFF).
Artélésa a compté 21 sélections de 1963 à 1966, dont 9 comme capitaine. Surnommé le "Maçon", en référence à son premier métier avant de devenir footballeur professionnel ainsi qu'à sa solidité de défenseur âpre, il a évolué notamment à Troyes, Monaco, Marseille et Nice.
"J'apprends avec tristesse le décès de Marcel Artélésa, a réagi le président de la FFF, Noël Le Graët. Marcel Artélésa fait partie de l'histoire de l'équipe de France avec laquelle il avait disputé la Coupe du monde 1966 en Angleterre".
"Il a mené une carrière remarquable de défenseur en première division dans les années 60, a-t-il ajouté dans son communiqué. Il avait notamment gagné une Coupe de France avec l'AS Monaco. La FFF adresse ses plus sincères condoléances à sa famille et ses proches".
Après sa carrière de joueur, il est devenu entraîneur, essentiellement d'équipes juvéniles.
Le club de Troyes a annoncé qu'il allait observer une minute de silence avant le coup d'envoi de son match contre Tours ce vendredi au stade de l'Aube (20h00), pour le compte de la 9e journée de Ligue 2.
http://www.lepoint.fr/sport/

samedi 24 septembre 2016

Collision au large d'Hyères: deux corps retrouvés

Les gendarmes maritimes et le personnel de la SNSM ont malheureusement localisés, ce vendredi après-midi, les corps des deux personnes disparues en mer depuis la veille.            
Toutes deux appartenaient à un groupe de cinq amis ayant pris place à bord d'un semi-rigide au large du port d'Hyères. L'embarcation ne disposait pas de feux lumineux et a été heurtée par une vedette de pêche dans la nuit de jeudi à vendredi.
Trois des cinq naufragés ont pu être récupérés.
Les deux autres ont disparu en mer et les recherches, menées par 26 pompiers et plongeurs, sont restées vaines.
Finalement, leurs corps ont été découverts "à l'aplomb du lieu de l'accident", a indiqué le procureur de la République de Toulon.
Les gendarmes de la brigade de surveillance du littoral sont chargés de l'enquête pour déterminer, avec précision, le déroulement précis des faits.
http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

vendredi 23 septembre 2016

Le Carolo Pierre-Yves Brossault a été retrouvé mort: une enquête est ouverte


ARTICLE supprimé !

Disparition : une sexagénaire recherchée à Piquecos

Mercredi en milieu de matinée, Claudine Boudet âgée de 65 ans a quitté le domicile de son fils à Piquecos et n'y est jamais revenue. Alertée par la famille, la gendarmerie a depuis fait travailler une équipe cynophile, sans résultat. Des plongeurs ont sondé des retenues d'eau sur le lieu-dit Billac et un hélicoptère a effectué plusieurs passages sur zone hier. Ces actions ont été infructueuses. La gendarmerie lance donc un appel à témoin : si ces dernières 48 heures, vous avez croisé cette personne, mesurant 1,69 m, ayant les cheveux bruns et mi-longs, merci de contacter les enquêteurs de la gendarmerie de Caussade au 06 63 93 06 00
http://www.ladepeche.fr/communes/piquecos,82140.html

Var: deux jeunes portés disparus en mer

Deux jeunes hommes étaient portés disparus en mer aujourd'hui, depuis deux heures du matin, après une collision entre deux bateaux au large du port de Hyères (Var), selon la préfecture maritime de la Méditerranée.
Les recherches qui ont été entreprises toute la nuit ont encore été intensifiées avec la levée du jour vendredi, a précisé un porte-parole. Un hélicoptère équipé de caméras et de projecteurs a notamment été déployé, ainsi que huit plongeurs.
Au total, cinq personnes qui se trouvaient sur un zodiac au mouillage sont tombées à l'eau, vers deux heures, lorsque leur embarcation a été percutée par un autre bateau. Un plaisancier qui a vu la scène a donné l'alerte et trois d'entre elles ont été rapidement repêchées.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

jeudi 22 septembre 2016

Disparition inquiétante d'un septuagénaire

La gendarmerie lance un appel à témoins, suite à la disparition d’un homme depuis mardi midi. Âgé de 70 ans, il mesure 1,75 m, et portait ce jour-là un bermuda de couleur «terre». Son véhicule a été retrouvé dans l’après-midi, à l’entrée nord du massif boisé dit de «La Gâche», sur les hauteurs de la Madrague. Mercredi, à l’heure où nous bouclions cette édition, les recherches effectuées par les équipes cynophiles de la gendarmerie et la sécurité civile de Brignoles étaient restées infructueuses. En cas d’information, merci de prévenir la brigade de gendarmerie de Saint-Cyr au 04.94.26.26.52
http://www.varmatin.com/sujet/faits-divers

mercredi 21 septembre 2016

Disparu à Martiel, il est retrouvé à Montauban

Un père de famille, âgé de 43 ans, habitant Martiel n’avait plus donné de nouvelles depuis hier matin, après avoir quitté son travail. Une disparition jugée inquiétante et qui a mobilisé toute la journée, d’importants moyens de recherche : gendarmes de la brigade autonome de Villefranche-de-Rouergue, du PSIG, un maître-chien et un hélicoptère.
La population s’est également jointe aux militaires lors de ces recherches menées dans un rayon de 7 ou 8 km autour de Martiel.
Finalement, aujourd'hui dans la soirée, un appel téléphonique des urgences du centre hospitalier de Montauban à la famille du disparu rassurait tout le monde. L’homme est sain et sauf.
http://www.ladepeche.fr/communes/martiel,12140.html

mardi 20 septembre 2016

La résidente disparue retrouvée saine et sauve à Argelès

Bonne nouvelle. La résidente du centre de convalescence du Vallespir situé au Boulou, disparue depuis lundi matin, a été retrouvée saine et sauve dans la nuit de lundi à mardi à Argelès.
Les services de gendarmerie avaient lancé, avec accord du procureur de la République, un avis de recherches à la suite de la disparition inquiétante d'une femme lundi.
Vers 9heures, l'intéressée, âgée de 58 ans, qui séjournait au centre de convalescence du Vallespir situé sur la commune du Boulou, avait quitté l'établissement à pied et était vraisemblablement désorientée.
http://www.lindependant.fr/2016/09/20/une-residente-disparue-du-centre-de-convalescence,2259398.php

lundi 19 septembre 2016

Roland Agret est mort à 74 ans

hebergement d'image
En 1970, Roland Agret, accusé à tort du meurtre d'un garagiste de Nîmes et de son employé, n'avait eu de cesse de prouver son innocence. Condamné à 15 ans de prison, il alla jusqu'à l'auto-mutilation pour faire entendre sa cause. Il se battait depuis lors contre les erreurs judiciaires
Le président de l'association Action justice a succombé à une embolie pulmonaire, à son domicile de Vernoux-en-Vivarais.
Dans les années 70, Il avait tout fait pour obtenir la révision de son procès : grève de la faim, escalader le toit de la prison, jusqu'à se couper deux doigts.
Finalement, Roland Agret sera réhabilité en avril 1985. En 2005, il s'était aussi tiré une balle dans le pied pour réclamer une indemnisation et avait finalement obtenu gain de cause.

A la tête de son association, il a consacré sa vie à se battre contre les dysfonctionnements de la justice ; prenant fait et cause, notemment, pour Dany Leprince (condamné à la perpétuité pour le meurtre de son frère, de sa belle-sœur et de deux de leurs enfants à Thorigné-sur-Dué dans la Sarthe) et plus récemment pour Jérôme Kerviel.



http://france3-regions.francetvinfo.fr/rhone-alpes/

Disparition de Yann : les recherches ont cessé

Hier, vers 18 heures, les recherches pour tenter de retrouver Yann Sassier-Colonna ont été interrompues. La famille du jeune homme de 25 ans, habitant Pranles, est sans nouvelle de lui depuis jeudi (nos précédentes éditions). Après le survol par hélicoptère de la zone, l’exploration de la rivière et du secteur par caméra thermique, le quadrillage à pied, aucune trace du jeune homme n’a été détectée. Hier, des plongeurs de Valence ont été réquisitionnés pour explorer des trous d’eau. En vain. « Sans corps, on a toujours une petite chance qu’il soit en vie », soulignait le capitaine Riotte, en charge des opérations, qui appelle l’ensemble des personnes ayant participé aux recherches à rester mobilisées. « Il faut continuer à diffuser sa photo et ces informations. On continuera nos recherches mais avec un dispositif restreint », explique-t-il. Il devait regagner une clinique psychiatrique ce mardi Si rien n’indique où pourrait se trouver Yann aujourd’hui, on en sait un peu plus sur les circonstances de sa disparition. Il y a quinze jours, le jeune homme aurait fait une tentative de suicide. Depuis, il était très entouré et suivait un traitement médical. Des balades quotidiennes lui étaient préconisées. Avec son accord, il aurait dû regagner une clinique psychiatrique à Lyon ce mardi. A-t-il changé d’avis et souhaité fuir ? Un proche ou un ami l’a-t-il dissuadé ? A-t-il eu à nouveau l’intention de mettre fin à ses jours ? Aujourd’hui, toutes les hypothèses sont émises. Les interrogations demeurent et l’inquiétude grandit. Jeudi, Yann Sassier-Colonna a quitté son domicile à pied, sans aucun effet personnel. Il mesure 1,75 mètre, a les cheveux rasés, bruns, avec une barbe de six jours. Au moment de sa disparition, il portait des baskets, un pantalon marron, un blouson bordeaux et une casquette. Toute personne ayant des informations à communiquer est invitée à contacter la gendarmerie au 04 75 20 91 00 ou au 17.
http://www.ledauphine.com/ardeche

dimanche 18 septembre 2016

Disparition inquiétante : un hélicoptère dépêché pour tenter de retrouver Yann

Ce samedi soir, les recherches sont toujours en cours pour tenter de retrouver Yann Sassier-Colonna, 25 ans, disparu depuis jeudi. Un hélicoptère est attendu pour survoler la zone. 
Dès 8 h 30, une trentaine de bénévoles et une quinzaine de gendarmes et pompiers étaient rassemblés devant la mairie de Pranles pour organiser le quadrillage de la commune. 
Yann, 25 ans, a quitté son domicile de Pranles à pied jeudi matin. Depuis, il n’a pas donné signe de vie. 
http://www.ledauphine.com/ardeche/2016/09/17/disparition-inquietante-un-helicoptere-depeche-pour-tenter-de-retrouver-yann

vendredi 16 septembre 2016

Appel à témoins après la disparition inquiétante d'un homme à Charleville

Article supprimé !

Appel à témoins après la disparition inquiétante d'un Azuréen

La gendarmerie lance un appel à témoins après la disparition inquiétante d'un homme à Conségudes.
Le 12 septembre 2016 vers 20 heures, Florian Clausse a quitté son domicile de Conségudes et a pris la direction d'une forêt située à proximité de son habitation.
Depuis son départ, différents moyens humains et matériels sont mis en œuvre par la gendarmerie nationale pour tenter de localiser cette personne majeure dont la disparition est inquiétante.
Pour autant, les nombreuses recherches et investigations entreprises n'ont pas permis, à ce jour, de le retrouver.
http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

jeudi 15 septembre 2016

Charente-Maritime : une partie de corps retrouvée, une personne en garde à vue

Le corps sans vie d'Estelle Duran, domiciliée à Saintes, a été retrouvé dans une maison à La Vallée. Une information judiciaire a été ouverte pour meurtre
Une personne, a priori un homme, a été placée en garde à vue à Saintes, ce mercredi matin, a-t-on appris dans l'après-midi auprès du parquet de La Rochelle, pour le meurtre d'Estelle Duran. Celle-ci est âgée de 45 ans et domiciliée à Saintes, quartier des Boiffiers.
De source proche de l'enquête confiée à la gendarmerie de Saintes, une partie du corps de la victime a été retrouvée voilà quelques jours à La Vallée, une petite commune située entre Rochefort et Saintes, dans la maison qui appartenait à ses parents décédés.
Le corps sans vie d'Estelle Duran, domiciliée à Saintes, a été retrouvé dans une maison à La Vallée. Une information judiciaire a été ouverte pour meurtre
Une personne, a priori un homme, a été placée en garde à vue à Saintes, ce mercredi matin, a-t-on appris dans l'après-midi auprès du parquet de La Rochelle, pour le meurtre d'Estelle Duran. Celle-ci est âgée de 45 ans et domiciliée à Saintes, quartier des Boiffiers.
De source proche de l'enquête confiée à la gendarmerie de Saintes, une partie du corps de la victime a été retrouvée voilà quelques jours à La Vallée, une petite commune située entre Rochefort et Saintes, dans la maison qui appartenait à ses parents décédés. 

Appel sur les réseaux sociaux

Sans nouvelles depuis plus d'une semaine, les amis et la famille de la quadragénaire avaient fini par signaler une disparition inquiétante via les réseaux sociaux, en appelant ceux qui avaient vu récemment Estelle Duran à se manifester. Sur le montage ci-dessous, il s'agit bien de la même personne.
Saisie de l'enquête, la brigade des recherches de Saintes et la section de recherches ont réalisé des investigations en fin de semaine dernière, dans la maison familiale, autour de l'habitation et jusque dans la Charente.
Les résultats des analyses et des prélèvements d'ADN réalisés ont conduit le parquet à ouvrir une information judiciaire confiée à un juge d'instruction, ce mercredi matin. Une information judiciaire pour meurtre suivie d'une mise en garde à vue.
http://www.sudouest.fr/2016/09/14/charente-maritime-une-partie-de-corps-retrouve-une-personne-en-garde-a-vue-2500367-1393.php

Perpignan : un homme handicapé porté disparu depuis une semaine

Un avis de recherches est lancé suite à la disparition inquiétante d'un homme handicapé.
Nordine Benadda, 57 ans, souffrant de problèmes psychiques, vit dans un appartement d'une résidence d'accueil, quartier St-Jacques. Il est suivi pour le quotidien et pour son traitement par les personnels de la structure et les soignants. Ce sont ces derniers qui ont d'ailleurs donné l'alerte, inquiets de voir que Nordine était absent de son domicile et ce, depuis jeudi dernier. "Il erre à droite et à gauche dans tout Perpignan, il est très gentil et parle à tout le monde mais ce n'est pas son genre de rester aussi longtemps hors de chez lui. En juillet, il avait déjà disparu et avait été retrouvé quelques jours plus tard à Céret, totalement désorienté", explique un de ces accompagnateurs de vie.
Tous l'ont cherché, ont fouillé dans le moindre recoin de la ville. Un signalement a été fait auprès des services de police et diffusé à toutes les unités. En vain...
http://www.lindependant.fr/2016/09/15/un-homme-handicape-porte-disparu-depuis-une-semaine,2257305.php

mercredi 14 septembre 2016

Peyrens pleure son maire : Nicole Danjou n'est plus

Nicole Danjou n'est plus. La maire de Peyrens est décédée, à l'âge de 69 ans, dans la nuit de lundi à mardi, des suites d'une longue maladie. Elle était l'élégance, un sourire, en même temps qu'une femme de conviction dont la mémoire est aujourd'hui unanimement saluée par tous ceux qui ont eu à travailler avec elle. Au conseil municipal d'abord où l'on parle de celle qui avait succédé à Simon Géli, lui aussi décédé pendant son mandat, en 1987, comme d'une «vraie patronne», quelqu'un de diplomate qui savait fédérer et qui a montré une voie que tous vont s'attacher à suivre. «Nous lui devions la grande unité qui régnait au sein de notre conseil». Elle avait été un des membres fondateurs du Simep, regroupement scolaire pour les classes élémentaires des communes de Peyrens, Puginier, Tréville, La Pomarède et Souilhe «qui lui doivent l'ouverture d'une classe de maternelle et la mise en place d'un service de cantine», rappelle Éliane Brunel, maire de Puginier. Également présidente du Syndicat du Lauragais audois, celle-ci souligne l'implication, l'engagement sans faille de celle qui a œuvré, à ses côtés comme vice-présidente depuis janvier 2013. Elle était chargée de l'accueil des loisirs extrascolaires et périscolaires. Nicole Danjou était également vice-présidente de l'Association des maires de l'Aude, où elle avait en charge le dossier de l'économie et du tourisme. Un engagement de tous les instants qui lui avait valu, en 2014, de recevoir les insignes d'officier de l'ordre national du Mérite.

Grand maître de la Confrérie du cassoulet

Celle qui avait été longtemps propriétaire du restaurant La Calèche, à Peyrens, s'était également investie sans compter dans la défense du cassoulet. Elle en avait porté bien haut les couleurs en étant grand maître de la grande confrérie. «Pendant plus de douze années, entre les années «80» et la fin des années «90», c'est dire si elle était impliquée», se souvient Jean-Louis Mallé, qui en préside les destinées aujourd'hui. «C'est d'ailleurs à cause de cette exceptionnelle longévité que nous avions modifié nos statuts et limité ce poste à deux mandats et quatre ans d'affilée sinon elle y serait encore tellement elle faisait l'unanimité. Elle n'arrivait pas à trouver quelqu'un pour lui succéder». Et de poursuivre : «C'était quelqu'un d'une grande fermeté, déterminée mais d'une gentillesse et une convivialité extraordinaire. Elle savait où elle voulait aller, ce qu'elle voulait faire. Elle a su fédérer chevaliers et producteurs. Elle a été la première, elle a été à la base de l'union et du développement de la confrérie qui n'en serait pas là où elle est si elle n'avait pas été là. Elle avait une aura… Elle avait intronisé un Président de la République – François Mitterrand – et Christian Poncelet alors qu'il était président du Sénat. À nous qui lui avons succédé, elle nous a très largement inspirés et jusqu'à ce qu'elle soit malade, elle a largement continué à s'investir à nos côtés».

Une mère et une grand-mère comblée

Nicole Danjou était aussi et surtout «une adorable maman» ainsi qu'en témoigne Benjamin, son fils, une maman qui menait de front, avec brio, ce rôle-là et son métier de restauratrice. Elle avait fait d'un bistrot de village un bel établissement. La Calèche avait une belle renommée quand elle l'a cédée en 1987. La famille, c'était aussi ses deux petits-fils Armand et Gabin, «sa fierté, son bonheur».
 

mardi 13 septembre 2016

Un étudiant recherché

Un étudiant de 24 ans est actuellement recherché par les services de police. Louis Politanski a quitté le domicile familial strasbourgeois mardi soir sans laisser de nouvelles. Il s’agit d’un homme de type européen, aux yeux marron et aux cheveux châtain clair, mesurant 1,86 m. Le soir de sa disparition il portait un T-shirt, un pantalon en tissu et des chaussures de randonnée en cuir.
Toute personne ayant des renseignements peut prévenir la police au 03 90 23 17 22.
http://www.dna.fr/faits-divers

lundi 12 septembre 2016

Portée disparue, la collégienne avait été oubliée à l'infirmerie

Grosse frayeur pour une mère de famille lorraine.
Lundi soir dernier, Leeloo, sa fille de 11 ans, ne rentre pas du collège de Neuves-Maisons (Meurthe-et-Moselle) où elle est scolarisée, relatent nos confrères de L'Est Républicain.
Au bout de quelques minutes d'attente, elle s'impatiente et commence à paniquer.
Après avoir contacté les amies de Leeloo, elle entreprend de chercher sa fille dans les rues de la ville, puis se rend à la gendarmerie.

L'utilisation d'un hélicoptère envisagée

Là, d'importants moyens sont déclenchés pour retrouver la jeune fille, au sujet de laquelle l'hypothèse de la fugue est privilégiée.
L'utilisation d'un hélicoptère est même envisagée.
Finalement, vers 21 heures, les gendarmes se rendent au collège de Leeloo, fouillent l'établissement, et trouvent la jeune fille endormie... à l'infirmerie !

Mais que faisait-elle là ?

Vers 16 heures, Leeloo, qui se plaignait de maux de ventre, était sortie de classe.
L'infirmière de l'établissement lui avait donné un médicament homéopathique à la mélisse en la laissant allongée.
Au bout d'un moment, retournant à son bureau, la soignante a dit à la jeune fille d'aller retrouver ses camarades en classe, mais sans vérifier qu'elle le faisait bien.
Lorsque l'infirmière a quitté l'établissement, elle n'a pas vérifié que le local était bien vide.

Une plainte de la maman

Leeloo s'était en fait profondément endormie.
Un rapport sur l'incident a été envoyé à l'inspection d'académie.
Quant à la maman de Leeloo, elle a décidé de porter plainte et dénonce une "faute grave".
http://www.dna.fr/actualite/2016/09/12/portee-disparue-la-collegienne-avait-ete-oubliee-a-l-infirmerie

dimanche 11 septembre 2016

Le mari passe aux aveux onze ans après la disparition de sa femme

Condamné pour l'assassinat de sa femme disparue au Maroc en 2005, Karbal Dandouni vient de reconnaître, pour la première fois, sa participation. Un soulagement pour les proches de la victime.
Jusque-là, pas d'aveux, pas de corps, pas de témoins. Mais une vérité judiciaire scellée par deux verdicts identiques. L'affaire de la « disparition » de Karima Benhellal, 38 ans, aide documentaliste scolaire à Angoulême (Charente), lors d'un séjour au Maroc à l'été 2005, avait, croyait-on, trouvé son épilogue. Aux assises, en 2013 puis 2014, son mari Karbal Dandouni, 43 ans, parti avec elle mais rentré du Maroc avec la seconde femme qu'il avait épousée là-bas, avait été condamné à vingt-cinq ans de réclusion pour assassinat. Un « tour de passe-passe meurtrier entre deux épouses », résumait alors M e Gérard Chemla, avocat de la famille Benhellal.
 
Huit mois après le rejet de son pourvoi en cassation, onze ans après les faits, Karbal Dandouni, qui avait toujours clamé son innocence, s'est confié à Ismaël Karroum, journaliste à « la Charente libre ». « Oui, Karima a bien été tuée au Maroc », lui a-t-il avoué depuis sa cellule. « Je suis dedans, c'est clair et net, mais moi j'ai pas tué », a-t-il ajouté, en impliquant le frère de sa deuxième épouse comme auteur du geste mortel, et celle-ci comme complice.
 
Dandouni a aussi révélé cet élément clé : le cadavre de Karima, qu'il dit avoir carbonisé, aurait en fait été découvert à l'époque par la gendarmerie marocaine. « Un corps de femme brûlé », non identifié, déposé « le long d'une route secondaire » de la banlieue de Casablanca, mentionnait alors un entrefilet dans la presse marocaine exhumé par le journaliste.
http://www.leparisien.fr/actus/karima-benhellal

samedi 10 septembre 2016

Disparition inquiétante à Bouguenais : l'une des deux collégiennes retrouvée

Scolarisée au lycée agricole Daniel-Brottier à Bouaye, Julie a été retrouvée ce samedi. La collégienne âgée de 14 ans avait disparu depuis lundi avec Meryl (15 ans), une autre pensionnaire de l'internat de la Fondation des apprentis d’Auteuil à Bouguenais près de Nantes.
Les deux jeunes filles ne se connaissaient que depuis la rentrée. Elles partageaient la même chambre. Meryl n'a toujours pas donné de nouvelles. La famille de l'adolescente craint une radicalisation.

"Le père de Julie nous a clairement dit qu'elle avait perdu son frère il y a quelques années et que depuis, elle voulait se radicaliser" explique Céline Larbaigt, la mère de Meryl.

Le parquet de Nantes a ouvert une enquête pour disparition inquiétante. Les gendarmes de la compagnie de Rezé ont lancé un avis de recherche. Ils invitent les personnes ayant des informations à contacter la brigade de Bouguenais au 02 40 75 65 26.
Lundi soir, Meryl portait un jean noir déchiré aux genoux et un polo bleu sombre. 


http://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique

vendredi 9 septembre 2016

Disparition inquiétante d'un hospitalier breton

Arrivé mardi soir à Lourdes, dans le cadre du pèlerinage de Saint-Brieuc, Julien Cotiniaux, âgé de 79 ans, a disparu dans la matinée du mercredi 7 septembre. Cet hospitalier d'1,80 m, aux yeux marron, portant des lunettes et reconnaissable à sa chemise bleu clair et à son pantalon sombre, aurait été vu pour la dernière fois hier, à 10 heures, à l'hôtel Duchesse Anne.
Julien Cotiniaux serait descendu au Sanctuaire de Lourdes, mercredi, à 8 heures, après avoir pris son petit déjeuner avec son épouse. Il a été vu devant la statue de la Vierge couronnée à 9 h 30. Puis, dans l'après-midi, un salarié du Sanctuaire l'aurait aperçu assis à l'ombre, près des bureaux de l'hospitalité Notre-Dame-de-Lourdes. Aux dernières nouvelles, il serait repassé par l'hôtel à 10 heures, où il a été reconnu.
La famille, sa femme et ses deux filles, a signalé sa disparition dès midi, le mercredi. Les hospitaliers du pèlerinage breton de 1.200 personnes sont à sa recherche. Des hélicoptères ont survolé la cité mariale, depuis qu'une indication de sa présence sur la route de Pau a été signalée, hier matin. Julien Cotiniaux serait probablement parti sans argent ni téléphone.
Si vous l'apercevez, il faut prendre en charge la personne et prévenir la sécurité du Sanctuaire, au 05.62.42.80.60, et la police, au 05.62.42.72.72.
http://www.ladepeche.fr/communes/lourdes,65286.html

jeudi 8 septembre 2016

Disparition de Julie Michel : trois ans déjà

Trois ans se sont écoulés depuis la disparition de Julie Michel, 29 ans, au port de Lers. Le 19 juillet 2013, la jeune femme était aperçue par un parapentiste sur le parking du col, en train de déjeuner, seule, près de sa Renault 21 break. La veille, elle était sur le marché nocturne de Massat. La jeune femme avait le projet de se rendre en Espagne.
Mais la piste s'arrête là. Dans la voiture, les enquêteurs ont retrouvé tous les effets personnels de la jeune femme : son portable, de l'argent liquide, des vêtements, des courses faites récemment. Les recherches menées dans le secteur du port de Lers, très accidenté, n'ont rien donné en dépit d'une forte mobilisation des gendarmes. De leur côté, les proches de la jeune femme n'ont pas réussi à lever le mystère de cette disparition : «aucun indices ne permettent à ce jour de nous guider sur une piste pour retrouver Julie, reconnait sam maman, Betty Lefèvbre. Depuis trois ans, c'est l'angoisse absolue, les questionnements en boucle. Que s'est-il passé ? . Elle invite toutes les personnes qui auraient vu Julie à Massat ou au port de Lers à rechercher dans leurs photos ou leurs vidéos des scènes où elle pourrait apparaître en second plan. Toute personnes disposant d'informations sur cette disparition est invitée à prendre contact avec Betty Lefèvbre au 06.03.95.52.93 ou avec la gendarmerie de Saint-Girons au 05 34 14 33 30.
http://www.ladepeche.fr/grand-sud/ariege/

mercredi 7 septembre 2016

Le comédien Jean Franval est mort


Le comédien de théâtre et de cinéma Jean Franval, 89 ans, est mort hier à l'hôpital d'Arles, a-t-on appris aujourd’hui auprès de la mairie de Tarascon.
Connu pour sa haute carrure (1,90 m) et sa voix de stentor, il avait notamment interprété Vitalis dans l'adaptation de Sans Famille réalisée par Jacques Ertaud en 1981.
Il avait également interprété le rôle-titre de Black Jack, un film de Ken Loach qui avait reçu le Grand prix de la critique internationale à Cannes en 1979. Né le 7 novembre 1926 à Tarascon, Jean Franval - Jean Franceschi de son vrai nom - avait quitté la Provence quand il avait une vingtaine d'années, pour faire carrière à Paris, a expliqué à l'AFP Bernard Fieloux, ancien administrateur de la Compagnie théâtrale régionale Jean-Franval. "Il a tourné avec les plus grands", a raconté M. Fieloux, citant Fernand Raynaud, Fernandel, Bourvil, Brassens, Trenet, Lino Ventura parmi ses partenaires à l'écran.

Dans les années 90, le comédien était revenu à Tarascon et avait fondé sa compagnie théâtrale régionale, se tournant vers le répertoire local, notamment Pagnol, Daudet et Giono. Il avait alors privilégié sa compagnie, au détriment de sa carrière d'acteur, a souligné M. Fieloux.

Les obsèques de Jean Franval seront célébrées vendredi à 15H30 en la Collégiale Sainte-Marthe à Tarascon.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

lundi 5 septembre 2016

Disparition mystérieuse : Quentin toujours mutique

Quarante-huit heures après la découverte, par son père, dans un squat artistique de Genève en Suisse, de Quentin, ce jeune Columérin porté disparu depuis le 4 août, d'importantes zones d'ombre demeurent sur son parcours. Très affaibli et blessé, le jeune homme de 20 ans reste hospitalisé à Toulouse. «Il a passé la journée de samedi dans le coma, relate sa maman. Il ne parle pas. Il n'a pas pu s'exprimer.»
Le père de Quentin a écumé toutes les routes entre la Haute-Savoie et la Suisse pour retrouver son fils. «Les policiers de Haute-Savoie qui l'avaient contrôlé sans ses papiers lui ont dit qu'il y avait des squats là-bas. Il a suivi sa trace et questionné tout le monde, décrit la maman. Il a été magnifique.»
Quentin a été retrouvé au «Pavillon bleu», un lieu dédié à l'art niché dans le quartier des Grottes à Genève. Désorienté, il a cependant reconnu son père. «Quand son fils l'a vu, il l'a serré fort dans ses bras. Il a senti qu'il était sauvé. Ils sont repartis vers Toulouse en voiture mais Quentin s'est bloqué. Il ne parle plus depuis.»
Le jeune garçon se remet petit à petit. Il est blessé, notamment au cou, mais, malgré son coma, ses jours ne sont pas en danger, indique sa famille.
Depuis le 4 août, alors qu'il était parti en vacances à Argelès-sur-Mer avec un couple d'amis, Quentin n'avait plus donné de nouvelles à ses proches. «Très fusionnel» avec sa maman, il ne lui avait passé aucun coup de fil. Sa voiture avait été retrouvée fracturée dans une fourrière du côté de Perpignan. Le jeune homme n'avait plus ni papiers, ni téléphone, ni carte bancaire. Comment s'est-il rendu en Haute-Savoie où il a été contrôlé par les forces de l'ordre, puis en Suisse, à Genève, où son père l'a retrouvé ? Lorsque son état le permettra, il pourra livrer les détails de son périple. Fan de musique, adepte des tatouages et susceptible de voyager en stop, Quentin a-t-il fait «une mauvaise rencontre», comme le craignait sa mère ?
 

dimanche 4 septembre 2016

Gard: Des centaines de ballons pour retrouver Antoine

Environ 200 personnes se sont réunies samedi devant la mairie de Clarensac, dans le Gard, en souvenir d’Antoine, 16 ans. Le jeune homme, lycéen en 1re S, timide voire casanier, s’est volatilisé dans l’après-midi du 1er mars. Aux alentours de 16h, il a quitté le domicile familial sans papier, ni téléphone. Il n’a plus donné de signes de nouvelles après un avoir acheté un briquet dans le tabac-presse du village.

« Lui montrer qu’on ne l’oublie pas »

Les personnes venues à l’appel du collectif Antoine, ont procédé à un lâcher de ballons sur lesquels figurent le visage du disparu, sa description et le numéro vert (0800 97 14 30) à appeler pour tout renseignement. « Nous organisons ce genre de manifestations pour que les gens qui pensent voir Antoine le prennent en photo et contactent le numéro vert », souligne Sophie, présidente du collectif Antoine.
Une cellule composée de huit gendarmes travaille sur la disparition de l’adolescent. Elle a reçu plusieurs signalements sur le territoire. Mais sans aucune certitude qu’il s’agissait bien d’Antoine. « Par ce type d’action, on veut lui montrer qu’on ne l’oublie pas », reprend Sylvie.
http://www.20minutes.fr/dossier/disparition

samedi 3 septembre 2016

Décès de Daniel Willems

L'ancien champion belge Daniel Willems est décédé vendredi à l'âge de 60 ans. Professionnel de 1978 à 1985 sous les couleurs notamment des équipes Ijsboerke, Capri Sonne et Boule d'Or-Colnago, il avait remporté quatre étapes du Tour de France (en 1981 et 1982) mais aussi des classiques comme la Flèche Wallonne et Paris-Tours. Il était originaire d'Herentals comme son illustre aîné Rik Van Looy.
http://www.lequipe.fr/Cyclisme/

vendredi 2 septembre 2016

Disparition d'un sexagénaire dans la Vienne

On est sans nouvelle de Rémy Proux depuis plus de 48 h. Ce sexagénaire âgé de 63 ans vivait chez son fils dans la commune de Saint-Sauvant, dans la Vienne. Il a quitté son domicile sur un scooter de 125 cm3 et les gendarmes l'ont recherché sans succès.
Il a disparu mardi soir aux alentours de 21 h et malgré d'intenses recherches menées par la gendarmerie, on reste sans nouvelle de Rémy Proux. Ce sexagénaire porte une moustache avec des cheveux gris coupés court. Sa famille précise qu'il était vêtu d'un jean, d'un tee-shirt vert et d'un pull bleu. Il mesure 1m70 pour un poids d'envioron 75 kg.
Malgré plusieurs patrouilles avec des chiens et une recherche par hélicoptère, les gendarmes n'ont pas pu le retrouver, alors qu'ils sont allés visiter plusieurs endroits où il avait ses habitudes. Sa famille est d'autant plus inquiète que Rémy Proux est sous traitement médical en raison d'une santé fragile. Si vous disposez d'informations sur cette disparition, n'hésitez pas à contacter la gendarmerie de Vivonne en téléphonant au 05.49.43.41.15.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/vienne

jeudi 1 septembre 2016

Disparition : sans nouvelles de Quentin, 20 ans

Où est passé Quentin ? C'est la question angoissante que se pose, depuis près d'un mois, Patricia, la mère de ce jeune Columérin de 20 ans qui ne lui a plus donné de nouvelles. Aujourd'hui, désespérée, elle lance un appel à témoins afin de retrouver la trace de son fils. «Il est parti en vacances avec un couple d'amis à Argelès-sur-Mer, détaille Patricia entre deux sanglots. Eux sont rentrés mais lui, il leur a dit qu'il comptait rester encore un peu. Il avait rencontré des personnes en discothèque et devait être hébergé sur Perpignan».
Mais, depuis le 4 août, Quentin n'a plus donné de signe de vie. «Sa voiture a été fracturée et on l'a retrouvée à la fourrière. Selon mes informations, il n'a plus de papiers ni de carte bancaire. Son téléphone ne répond plus.» Une attitude inquiétante pour la mère de famille selon laquelle «il a dû faire une mauvaise rencontre. C'est quelqu'un de très ouvert. Il fait de la musique. Il parle à tout le monde».

«C'est affreux»

Hier, Patricia fêtait son anniversaire. «Ce n'est pas normal qu'il ne m'ait pas appelé depuis tout ce temps. Nous sommes très fusionnels. On s'envoie des SMS tout le temps en temps normal. Il vit avec sa sœur et moi. C'est affreux.»
Elle demande donc à toute personne susceptible de fournir des informations de se manifester. «Quentin est châtain. Il a les cheveux frisés et les yeux noisette. Il a le teint mat. Il aime beaucoup les tatouages. Il est tatoué sur le bras gauche et porte une croix sur le thorax.»
Hier, un appel à témoin lancé par des proches de la famille du disparu a largement été diffusé et partagé sur les réseaux sociaux.
Toute personne en possession d'informations peut se rapprocher des enquêteurs en composant le 17

http://www.ladepeche.fr/communes/colomiers,31149.html