mercredi 31 décembre 2014

Gard : disparition inquiétante d'un habitant de Roquemaure

Disparition inquiétante d'un habitant de Roquemaure. Benjamin Lemaitre, âgé de 26 ans, a quitté son domicile lundi matin au volant d'une Renault Grand Scenic grise immatriculée DA 727 LB portant le logo "17".
Benjamin Lemaitre, âgé de 26 ans, a quitté son domicile lundi matin au volant d'une Renault Grand Scenic grise immatriculée DA 727 LB portant le logo "17" (représentant la Charente-Maritime, département dont le jeune homme est originaire). La vitre arrière du véhicule, brisée, est remplacée par un film plastique fixé avec du collant marron.
Il était accompagné de son chien, de race boxer
Benjamin Lemaitre mesure 1,80 m, est de corpulence mince, a les cheveux courts et châtains et porte une barbe. Au moment de sa disparition, il était vêtu d'un pantalon marron et d'un pull gris à capuche. Il était accompagné de son chien, de race boxer.
Toute personne ayant croisé le jeune homme est priée de contacter la brigade de gendarmerie de Roquemaure au 04 66 82 82 02
http://www.midilibre.fr/gard/roquemaure/

mardi 30 décembre 2014

Disparition inquiétante

La compagnie de gendarmerie de Mulhouse lance un appel à témoins, à la suite de la disparition d’une habitante de Rosenau. Yvette Schieb, âgée de 62 ans, a quitté son domicile le 26 décembre au soir, vraisemblablement au volant de sa voiture, une Volkswagen Golf blanche. Elle n’a, depuis, plus donné de nouvelles. Elle mesure 1,58 mètre, porte des lunettes et à des cheveux bruns courts. Toute personne ayant aperçu cette femme peut appeler la brigade de gendarmerie de Saint-Louis au 03 89 69 15 40
http://www.dna.fr/faits-divers/2014/12/30/disparition-inquietante

lundi 29 décembre 2014

Disparition inquiétante à Caen: des plongeurs dans le port ce lundi

Ce samedi, les enquêteurs avaient lancé un appel à témoins pour tenter de retrouver Laurent Aubrée. L'homme de 34 ans a été vu pour la dernière fois le mardi 23 décembre. Résidant à Mondeville, il était parti dans le quartier du port à Caen pour y passer la soirée. Selon ses proches, il avait prévu d'aller dans un bar puis de se rendre en boite de nuit. Son véhicule, une Citroën Saxo, est toujours stationné quai Vandeuvre.

Cinq jour plus tard, le jeune homme n'a toujours pas été retrouvé. Les enquêteurs de la police nationale ont réussi à retracer sa soirée. Ils perdent sa trace à partir de 4 heures du matin et semblent s'orienter vers la piste accidentelle. Des plongeurs sont attendus ce lundi au port de Caen pour sonder le bassin Saint-Pierre à proximité de la zone où est stationné le véhicule du jeune homme disparu.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/faits-divers

dimanche 28 décembre 2014

AVIS DE RECHERCHE - Un commerçant lunellois de 50 ans a disparu

U n commerçant lunellois de 50 ans a disparu dans la nuit du mercredi 24 au jeudi 25 décembre. 
Franck Croes a quitté son domicile à 3 h du matin à bord de sa voiture et sa famille, qui est très inquiète, ne l'a plus revu et n'a eu aucune nouvelle de lui. Avec les gendarmes de la brigade de Lunel, elle lance donc un appel, espérant que quelqu'un aurait pu voir l'homme ou son véhicule.
Opel corsa grise immatriculée CW-359-LS
Lors de sa disparition, ce commerçant lunellois (il tient le bar le Mistral, sur la RN113) portait un gilet noir, un pantalon noir et des claquettes. Il circule au volant d'une Opel corsa grise immatriculée CW-359-LS.
Merci de contacter la gendarmerie au 04 67 83 06 23 ou le 06 18 97 00 77.
http://www.midilibre.fr//2014/12/27/avis-de-recherche-pour-un-lunellois-disparu,1103708.php

samedi 27 décembre 2014

Yvette, la "mamie loto" condamnée, est morte à Noël

La septuagénaire de Saint-Omer avait été condamnée à six mois de prison avec sursis et 135 000 euros d'amende. Hospitalisée depuis la semaine dernière, elle est décédée le soir de Noël. 
"Je veux mourir", lâchait-elle après sa condamnation pour l'organisation de 169 lotos clandestins. "Je ne payerai pas, ils m'ont démolie." Perdue et inconsolable, Yvette Bert avait ému la France en novembre. La vieille dame de Saint-Omer (Nord) avait été condamnée à plus de 100 000 euros d'amende et six mois de prison. Elle est morte le jeudi 25 décembre au centre hospitalier de Helfaut, annonce la Voix du Nord. Une information confirmée par l'AFP. 
Le tribunal correctionnel l'avait condamnée à 10.000 euros d'amende, dont 5.000 avec sursis dans le volet pénal pour abus de confiance. Elle devait aussi verser au fisc 400 euros de délits douaniers, 29.435 euros de pénalités de douane et 88.007 euros, correspondant au montant des droits fraudés, soit un total de 117.842 euros. 
"C'est une sanction sévère au vu des revenus très faibles de Mme Bert, qui sont de 650 euros par mois. On peut se poser la question de savoir comment elle peut payer une telle amende", la justice a retenu que "seule la trace de 27 000 euros versés à des associations caritatives a été retrouvée", souligne La Voix du Nord
La vielle dame de 77 ans avait été admise au centre hospitalier le 18 décembre en raison de difficultés respiratoires, précise La Voix du Nord.. Yvette Bert était dépressive et souffrait de problèmes de santé. "Elle est morte un an jour pour jour après avoir tenté de se suicider, c'est l'ironie du sort", a souligné son avocate. "Elle était très fatiguée, je pense qu'elle n'avait plus la force de se battre pour vivre", a ajouté Me Lamoril-Houtart. 
 

vendredi 26 décembre 2014

P.-O : de nouvelles recherches, en vain, pour retrouver Margot Wolfard

M argot Wolfard, ressortissante néerlandaise de 59 ans, a été vue pour la dernière fois le 14 décembre à Canet (P.-O.).
Les services de gendarmerie ont procédé hier à de nouvelles recherches à l'aide d'un chien Saint-Hubert venu de Nîmes pour tenter de retrouver Margot Wolfard. Cette ressortissante néerlandaise de 59 ans a été vue pour la dernière fois le 14 décembre à Canet et sa voiture, une Seat Cordoba, a été découverte samedi dernier au Bocal du Tech. C'est depuis ce secteur que l'équipe cynophile a essayé de retrouver la trace de la disparue hier. En vain. Le chien n'a marqué aucune piste.
Témoignages des proches, téléphonie...
Néanmoins, l'enquête menée par les militaires de la brigade d'Argelès se poursuit. La brigade nautique côtière de Saint-Cyprien est toujours mobilisée pour les investigations maritimes et toutes les vérifications nécessaires au plan judiciaire (témoignages des proches, téléphonie...) seront effectuées.
Toute personne susceptible de fournir des renseignements est priée de contacter la gendarmerie au 04 68 81 03 96.
(SOURCE L'INDEPENDANT)
http://www.midilibre.fr//2014/12/25/p-o-de-nouvelles-recherches-en-vain-pour-retrouver-margot-wolfard,1103054.php

jeudi 25 décembre 2014

LOIRE. Une Costelloise n’a pas donné signe de vie depuis mardi

Le commissariat de police de Roanne a lancé ce mercredi un appel à témoins suite à la disparition, jugée inquiétante, d’une femme de 53 ans, domiciliée sur la commune voisine du Coteau.
Originaire de Saône-et-Loire, cette quinquagénaire a quitté mardi après-midi son domicile au volant d’une Twingo de couleur orange, immatriculée AB 732 TF. De corpulence mince, cette Costelloise, aux cheveux courts, bruns et bouclés et aux yeux marrons, mesure 1,65m. Elle portait lors de sa disparition un jean et une veste noire. Pour signe de reconnaissance : elle porte des lunettes avec des branches de couleur orange.
Toute personne pouvant fournir des renseignements ou ayant vu cette personne est invitée à contacter le commissariat de police de Roanne au 04 77 44 43 00.
http://www.leprogres.fr/loire/2014/12/24/une-costelloise-n-a-pas-donne-signe-de-vie-depuis-mardi

mercredi 24 décembre 2014

Charron (17) : une voiture tombe dans l'océan, ses deux occupants recherchés

Un véhicule est tombé à l'eau depuis le port du Pavé, à Charron, dans la nuit de mardi à mercredi. Selon nos informations, un père de famille et ses deux enfants, un garçon et une fille, se trouvaient à bord. Vers 9 heures, des mytiliculteurs ont trouvé le garçon et contacté les secours. 
Vers 9h30 ce mercredi, des plongeurs sapeurs-pompiers ont été envoyés à l'eau. Aucun corps n'aurait été retrouvé dans l'habitacle. Les recherches se concentrent désormais le long des berges, auprès des bateaux amarrés aux corps-morts. Une équipe cynophile est aussi sur les lieux.
Des traces de pas ont été dénichées mais côté vendéen, sans que rien n'indique si elle appartiennent ou pas au père de famille et à sa fille.
L'hélicoptère Dragon 17 de la Sécurité civile basé à La Rochelle participe aux recherches des deux personnes qui se trouvaient à bord du véhicule, à l'instar de gendarmes. Le Smur de l'hôpital de La Rochelle est sur place
http://www.sudouest.fr/2014/12/24/charron-une-voiture-et-ses-deux-occupants-recherches-dans-les-eaux-du-port-1778382-1391.php

mardi 23 décembre 2014

Jacques Chancel est mort

France TV annonce mardi matin la mort de Jacques Chancel, journaliste et écrivain, à l'âge de 86 ans.
"Le Grand Echiquier", "l'après-Tour" sur le Tour de France... : c'est un monument de la télévision française qui est décédé ce lundi à l'âge de 86 ans.
Jacques Chancel a notamment longtemps exercé sur Antenne 2 puis France Télévisions. Homme de tous les médias, il avait aussi animé pendant de longues années l'émission "Radioscopie" sur France Inter. Homme de culture, il avait aussi écrit de nombreux livres, dont le dernier Pourquoi partir, son journal intime, a été publié il y a quelques semaines.
Passionné de sport et notamment de cyclisme, il avait suivi de nombreux tours de France. C'est même lui avait révélé le contrôle positif de Pedro Delgado, alors maillot jaune (avant d'être futur vainqueur ) en 1988.

lundi 22 décembre 2014

Le chanteur Joe Cocker est mort

hebergement d'image Le chanteur de rock et de blues anglais Joe Cocker est mort. C’est la chaîne anglaise ITV News qui l’a annoncé. L’artiste âgé de 70 ans était atteint d’un cancer des poumons. Il était né en 1944 à Sheffield. Il a chanté sur plus de 40 albums.

Avec un peu d'aide de ses amis

Ses chansons les plus connues sont des reprises comme You are so beautiful , Unchain my heart ou With a little help from my friends.
Sa maison de disques américaine, Sony, a confirmé le décès dans un communiqué

http://www.20minutes.fr/culture/1505759-20141222-chanteur-joe-cocker-mort

Disparition inquiétante en Meurthe-et-Moselle

A la demande du procureur de la République de Nancy, une procédure est ouverte pour disparition inquiétante d’un mineur. Karim Guthfreund, né le 25 juin 1997 à Nancy, est parti à pied de l’Institut Saint-Camille de Velaine-en-Haye le 17 décembre à 10 heures.
Il vit le reste du temps dans sa famille d’accueil à Toul, il n’a ni argent ni téléphone portable, il possède une pièce d’identité. Cheveux noirs, yeux marron, il pèse 70 kilos pour 1m75. Il était vêtu d’un pantalon noir, d’un tee-shirt et de baskets noirs, son blouson est noir ou marron. Le mineur souffre d’un léger retard mental, ne sait ni lire ni écrire, il a des difficultés d’élocution. Il a déjà fait des fugues et est susceptible de se rendre à Nancy et dans les environs et d’y faire la manche pour manger.
http://www.estrepublicain.fr/meurthe-et-moselle/2014/12/22/disparition-inquietante

dimanche 21 décembre 2014

Lorraine : disparition inquiétante d’une femme de 46 ans

On est sans nouvelles depuis de nombreux jours de Catherine Sadeer, 46 ans. Elle a quitté son domicile de Lagarde, en Moselle, (zone frontalière avec le Lunévillois) le soir du mercredi 10 décembre, à pied, sans emporter ni papiers, ni téléphone portable. Habillée d’un blouson matelassé noir, d’un bas de survêtement noir et de baskets claires, elle est de type européen, a les cheveux mi-longs ondulés, mesure 1,68 m et présente une corpulence mince.
Plusieurs battues ont été organisées depuis l’annonce de sa disparition, notamment avec un chien Saint-Hubert. Le canal longeant le village frontalier avec la Meurthe-et-Moselle a été sondé à plusieurs reprises, dont l’une avec un sonar unique en Europe.
Aucune de ces recherches n’a permis de retrouver la disparue, si bien qu’il est possible que Mme Sadeer ne soit plus dans les environs de son village.
Toute personne l’ayant aperçue est priée de prendre contact avec la gendarmerie de Château-Salins, tél. 03.87.05.10.29.

samedi 20 décembre 2014

Institutrice disparue: un corps retrouvé

Un corps a été découvert par trente mètres de fond dans un ravin sur la route de la Trace à Fort-de-France (Marttinique) dans l'enquête sur la disparition de Francette Pierre-Emile, une institutrice de 58 ans.

Cette découverte a été faite grâce aux indications fournies, quelques heures plus tôt, dans le bureau d'un juge d'instruction par un suspect mis en examen et écroué il y a une semaine pour " enlèvement, séquestration et meurtre ", indique-t-on de mêmes sources.

Le suspect, Philippe Ponsar, âgé de 46 ans, qui niait jusqu'alors toute implication dans cette disparition, serait passé aux aveux. Lors d'un point de presse la semaine dernière, le procureur de la République Eric Corbaux avait expliqué que le suspect avait été confondu par les traces d'ADN retrouvées dans son véhicule et à son domicile.

Les analyses réalisées par la police scientifique par le biais d'une procédure d'urgence avaient décelé deux types de traces de sang, celles de la disparue mais aussi celles de l'accusé, notamment sur le siège conducteur du véhicule retrouvé sur le parking d'un centre commercial. Par ailleurs, des traces de sang appartenant à la victime avaient été trouvées au domicile du suspect sur ses chaussures.

Une autopsie sera pratiquée dès samedi sur le corps découvert au fond du ravin pour confirmer qu'il s'agit bien de celui de Francette Pierre-Emile.Enseignante au couvent de Cluny, un établissement catholique réputé de Fort-de-France, Mme Pierre-Emile avait disparu, le 2 décembre, en rentrant d'un cours d'éducation physique avec ses élèves.

L'homme suspecté de meurtre était un proche de l'enseignante pour avoir été le petit ami d'une de ses filles, il y a près de dix ans. Il avait accepté comme tous les autres proches de la famille de se soumettre à des prélèvements d'ADN.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/20/97001-20141220FILWWW00022-institutrice-disparue-un-corps-retrouve.php

vendredi 19 décembre 2014

Décès de l'actrice Virna Lisi, mère de la Reine Margot au cinéma

L'actrice italienne Virna Lisi, primée à Cannes pour son rôle dans la Reine Margot de Patrice Chéreau, est morte à l'âge de 78 ans ce jeudi 18 décembre.
Beauté blonde née à Ancône en 1936, Virna Peralisi, de son vrai nom, a tourné des dizaines de films, en Italie, en France mais aussi à Hollywood, et donné la réplique aux plus grands acteurs de sa génération, d'Alain Delon à Richard Burton en passant par Marcello Mastroianni.

La consécration avec "La Reine Margot"

Elle débute sa carrière très jeune, à 17 ans en 1953, mais devra attendre 1994 pour atteindre la consécration en recevant à Cannes la palme de la meilleure actrice pour son rôle de Catherine de Médicis dans La Reine Margot.
http://www.rtl.fr/culture/medias-people

jeudi 18 décembre 2014

Disparition inquiétante d'une jeune fille à Kaala Gomen

La gendarmerie vient de diffuser un avis de disparition inquiétante concernant une jolie jeune fille de 18 ans, répondant au nom de Ayet TEIMBOANOU. Originaire de Kaala Gomen, elle a disparu depuis 48 heures du domicile de sa grand-mère.
Melle Ayet TEIMBOANOU, âgée de 18 ans, de corpulence fine, mesurant 1m68, originaire de la tribu de OUEMBOA, de KAALA GOMEN a disparu du domicile de sa grand-mère depuis le mardi 16 décembre 2014 vers 20 heures.
Cette absence inhabituelle a déclenché, depuis ce matin 9h00 et ce dès la connaissance des faits, la mise en place d'un dispositif de recherches par la compagnie de gendarmerie de Koné.
Susceptible d'être à bord d'un véhicule, les patrouilles de gendarmerie élargissent leurs recherches sur le terrain à l'ensemble du territoire.
Toute information est à transmettre aux enquêteurs de la brigade de gendarmerie de
KOUMAC au 47 89 50 ou en composant le 17.

mercredi 17 décembre 2014

Bébé découvert à Saint-Tropez : la piste d'une disparition en Italie

C'est un promeneur qui a fait la macabre découverte mardi après-midi. Le corps de cet enfant d'1 an pourrait avoir été rejeté par la mer.

Triste découverte mardi sur la plage des Salins, à Saint-Tropez, dans le Var. Un promeneur a retrouvé le corps sans vie d'un enfant en bas âge, gisant sur le sable. Les pompiers, appelés immédiatement par le marcheur, n'ont malheureusement pu que constater le décès. Les enquêteurs de la gendarmerie s'orientent vers l'Italie et la disparition récente d'un enfant de neuf mois.
Comment le corps est-il arrivé sur la plage ? L'enfant, âgé d'environ un an, a été retrouvé "emmailloté" dans un vêtement de type grenouillère sur cette plage située loin de toute habitation, raconte Var-Matin qui révèle l'information. La gendarmerie a ouvert une enquête afin de déterminer comment le corps a pu se retrouver sur cette plage située à l'est de la presqu'île de Saint-Tropez, déserte en cette saison. L'hypothèse la plus probable reste qu'il se serait échoué sur la plage, rejeté par la mer. Une autopsie doit être menée dans les prochains jours afin de faire toute la lumière sur les causes de la mort de cet enfant. Des analyses ADN sont également en cours.
Une disparition en Italie... L'enquête menée par la gendarmerie se fait en en collaboration avec les carabinieri italiens. "On suppose que le courant est arrivé d'Italie", explique la gendarmerie. Selon une autre source proche de l'enquête, l'enfant ne correspond à "aucune disparition signalée" en France. En revanche, les investigations se concentrent désormais sur la disparition, survenue dans la nuit mercredi à jeudi dernier, d'un enfant de neuf mois, dont la mère de nationalité russe était en vacances dans la région de Bordighera, située à quelques kilomètres seulement de la frontière avec la France.
... et les aveux de la mère. La mère de l'enfant disparu en Italie se trouvait en voyage touristique dans la péninsule avec son fils, Syemon, et son mari, qui n’est pas le père de l’enfant. Le soir de la disparition, elle aurait quitté son hôtel de Bordighera avec son enfant vers deux heures du matin. Les images de vidéosurveillance la montrent sans son enfant à son retour dans l'établissement, vers quatre heures du matin.
Souffrant d'une grave dépression, elle aurait expliqué aux enquêteurs avoir eu peur que son fils souffre d’épilepsie, comme sa grand-mère, et ne pas avoir voulu le voir souffrir. Elle l’aurait donc emmené à 100 mètres au large, dans un linge faisant office de porte-bébé qu’elle aurait ensuite dénoué. La mère aurait laissé le bébé dériver, avant de rentrer seule à la nage.
Un important dispositif déployé en Italie. En Italie, la thèse du drame familial dans cette affaire ne fait plus aucun doute, mais les autorités restaient à la recherche du corps du nourrisson. D'importants moyens avaient été déployés ces derniers jours dans la région, jusqu'à la frontière avec la France. Des marins de la garde côtière, des bateaux, des plongeurs et des hélicoptères avaient été mobilisés. Le corps pourrait avoir dérivé jusqu'à Saint-Tropez avec le courant Ligure. Le corps de l'enfant retrouvé sur la plage se trouve dans un très mauvais état.

mardi 16 décembre 2014

La Rochelle : un étudiant de 17 ans porté disparu

Lundi matin les recherches terrestres et nautiques, engagées dimanche, ont repris dans le secteur du Forum des pertuis, dans le quartier rochelais des Minimes, afin de retrouver un étudiant porté disparu. Il est originaire de Tours, âgé de 17 ans et scolarisé en première année de l'école d'ingénieurs Eigsi.
Sa disparition a été signalée dimanche matin par sa famille et des amis du jeune homme. Ce dernier avait, dans la nuit de samedi à dimanche, participé à une fête étudiante au sein du Forum des pertuis situé quai du Lazaret, dans le quartier des Minimes.
http://www.sudouest.fr/2014/12/15/la-rochelle-un-etudiant-de-17-ans-porte-disparu-1769280-1391.php

lundi 15 décembre 2014

Lillers : disparition inquiétante de Valentin Bruyez, 23 ans

Le mercredi 3 décembre vers 18h, Valentin Bruyez a quitté le domicile de sa mère domiciliée à Lillers, hameau de Rieux​. Depuis, plus de nouvelle.

A son départ, il a laissé un mot "ambigu laissant entendre que même loin il penserait à nous etc", selon son père. Valentin aurait effectué un retrait de 100 euros puis fait un plein d'essence le soir même de sa disparition. Il aurait accusé réception d'un SMS le samedi 6, depuis plus rien.

Le commissariat de police d'Auchel est chargé de cette enquête pour disparition inquiétante, le parquet de Béthune a été saisi.

Le téléphone de Valentin (sur messagerie) n'a pour l'instant pu être localisé. Depuis le 3 décembre, il n'y a plus de mouvement sur son compte en banque.

Valentin Bruyez, environ 1m80 et de corpulence mince, est étudiant en 3ème année d'école d'infirmiers à Saint-Venant. 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/disparitions

dimanche 14 décembre 2014

Sainte-Eulalie-en-Royans : une mère et sa fille de 4 ans portées disparues

Une femme de 43 ans et sa fille âgée de 4 ans, qui habitent à Sainte-Eulalie-en-Royans, sont portées disparues depuis samedi soir. La petite fille est habillée tout en rose. Elle seraient parties à pied dans l’après-midi, et ne seraient jamais rentrées au domicile familial. Des recherches ont été menées par la gendarmerie dans la soirée, et vont reprendre aujourd’hui avec le concours d’une chien Saint-Hubert venu de Nîmes.
http://www.ledauphine.com/drome/2014/12/14/sainte-eulalie-en-royans-une-mere-est-sa-fille-de-4-ans-portees-disparues

samedi 13 décembre 2014

APPEL A TÉMOINS. Où est passé Thomas Desbonnet?

RONCHIN (59). Depuis le 9 décembre, Thomas Desbonnet, étudiant de 21 ans a disparu. Sa mère l’a vu partir ce matin-là pour son école de marketing, située à Lille, mais personne ne l’a revu depuis. Très inquiet, son père a lancé un appel sur Facebook.
Contacté par La Voix du Nord, un ami du jeune homme explique qu’il est introuvable : « Son téléphone ne répond plus, nous avons récupéré son code de profil Facebook, où son père a lancé un appel. On l’a cherché partout avec d’autres amis, dans les endroits qu’il fréquente d’habitude (…) La police a été prévenue. Mais nous n’avons aucune nouvelle. »
Toujours dans le quotidien régional, ce même ami raconte que Thomas, qui a disparu le jour de ses 21 ans, ne se rendait plus à l’école depuis quinze jours, chose qui ne fait qu’accroître l’inquiétude de ses proches et de sa famille.
Toute personne qui aurait vu Thomas Desbonnet, qui mesure 1 m 95, est de corpulence normale avec des yeux marron et des cheveux bouclés et courts, est priée d’appeler la police.
http://www.lunion.com/france-monde/appel-a-temoins-ou-est-passe-thomas-desbonnet-ia0b0n455828

vendredi 12 décembre 2014

Martinique : un homme écroué dans l'enquête sur la disparition d'une institutrice

Un homme a été mis en examen et écroué jeudi soir en Martinique pour «enlèvement, séquestration et meurtre» dans l'enquête sur la disparition d'une institutrice de 58 ans à Fort-de-France il y a dix jours. Le prévenu, qui nie les faits qui lui sont reprochés, doit être déféré au parquet dans la nuit de jeudi à vendredi (heure locale).
S'il est reconnu coupable, il risque l'emprisonnement à perpétuité pour les faits commis, a confié le procureur de la République de Fort-de-France.

Le 2 décembre, Francette Pierre-Emile, enseignante au couvent de Cluny, établissement catholique réputé de Fort-de-
France, a disparu en rentrant d'un cours d'éducation physique avec ses élèves. Personne ne l'a revue depuis. Un appel à témoins avait été lancé pour recueillir des informations. Très rapidement, un suspect âgé de 46 ans, Philippe Ponsar, aurait été confondu par les traces d'ADN retrouvées dans son véhicule mais également à son domicile, a expliqué le procureur Eric Corbaux.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/actualites-informations-videos-faits-divers

jeudi 11 décembre 2014

Un corps retrouvé deux ans après dans les combles de l'hôpital de Pierrefeu

Le corps momifié d'un homme, disparu il y a deux ans, a été retrouvé il y a une semaine, à Pierrefeu.
L'homme était introuvable depuis novembre 2012 - il faisait partie du personnel du centre hospitalier de Pierrefeu, où il occupait un logement.
Sa disparition avait généré d'importantes recherches, menées par la gendarmerie. L'hôpital avait été entièrement fouillé, ainsi que les bordures de rivière et les environs boisés. En vain.
L'homme, père de famille, avait laissé tous ses effets dans son logement - papiers, etc. Il n'avait plus jamais donné le moindre signe de vie.
C'est seulement deux ans plus tard que sa disparition - forcement inquiétante - devait être élucidée.
Une trappe bloquée de l'intérieur
Après les pluies torrentielles de ces derniers jours, des infiltrations ont donné lieu à une inspection de la toiture du bâtiment où logeait le disparu. C'est dans des combles non aménagés, sous le faîte du toit, que son corps a été retrouvé par des techniciens venus faire des réparations.
La découverte macabre remonte au jeudi 4 décembre, dans l'après-midi. D'après les constatations de la gendarmerie, le suicide serait avéré : une échelle et un escabeauont été retrouvés sur place. La trappe des combles avait été soigneusement verrouillée et bloquée de l'intérieur. Aucun courrier n'aurait été trouvé sur place.
Une autopsie du corps a été pratiquée au centre médico-légal de Marseille, dont les conclusions sont compatibles avec la piste d'un suicide. Par contre, des dernières vérifications ADN sont encore menées, afin de certifier par une preuve scientifique l'identité de l'homme décédé.
Totalement cachée, sa dépouille est restée introuvable pendant deux ans. Le corps est resté à l'abri, dans une partie haute et aérée d'un bâtiment. À l'écart de tout. Mais paradoxalement si proche de l'activité humaine.
http://www.nicematin.com/faits-divers/un-corps-retrouve-deux-ans-apres-dans-les-combles-de-lhopital-de-pierrefeu.2020772.html
 

mercredi 10 décembre 2014

Disparition de Maddie : 11 personnes vont être interrogées

L'ENQUÊTE CONTINUE - Des inspecteurs britanniques, qui enquêtent sur la disparition de la petite Maddie en 2007, sont au Portugal pour interroger onze témoins.

L'enquête sur la disparition de la petite Maddie en 2007 au Portugal pourrait-elle enfin progresser ? Des inspecteurs de Scotland Yard se sont rendus dans le pays en début de semaine pour poursuivre leurs investigations. Ils ont demandé à la police judiciaire de Faro d'interroger onze personnes.
Sept hommes et quatre femmes. Ces sept hommes et quatre femmes, de nationalités portugaise et britannique, sont des témoins qui ont, pour la plupart, déjà été entendus lors de l'enquête menée par la police portugaise après la disparition de la petite Madeleine McCann, 3 ans, le 3 mai 2007 à Praia da Luz, dans le sud du pays.
Parmi les personnes qui doivent être entendues figurent des employés du complexe hôtelier Ocean Club où l'enfant a disparu de sa chambre, pendant que ses parents dînaient au restaurant avec des amis. Robert Murat, un Britannique, doit aussi être interrogé. Cet expatrié installé au Portugal avait été le premier mis en examen en 2007, avant que la police portugaise ne décide de classer l'affaire.
Des fouilles en juin. En juillet 2013, le Royaume-Uni avait décidé d'ouvrir officiellement sa propre enquête sur la disparition de Maddie. Les autorités portugaises ont rouvert leur dossier peu après. C'est dans ce cadre que les enquêteurs britanniques ont demandé, en octobre, de nouvelles analyses génétiques à l'Institut de médecine légale de Coimbra. Et en juin, des fouilles ont été menées par les autorités portugaises et britanniques à Praia da Luz. Elle n'avaient révélé "aucun indice", mais quatre personnes avaient tout de même été mises en examen en juillet.
http://www.europe1.fr/international

mardi 9 décembre 2014

Appel à témoins après la disparition de deux étudiants entre Saragosse et Pau

L’inquiétude grandit après la disparition mystérieuse de deux étudiants béarnais vendredi soir. Sud-Ouest rapporte en effet que Julien Perez-Piguet et Sarah Mazerolles, qui suivent tous deux des cours de kinésithérapie à l’université San Jorge de Saragosse, n’ont plus donné signe de vie depuis quatre jours. Ils devaient rejoindre le Béarn en covoiturage.
Les familles des deux jeunes âgés de 22 et 21 ans ont alerté les autorités dès ce week-end et le parquet de Pau a décidé d’ouvrir une enquête pour « disparition inquiétante ». Les policiers, aidés du peloton de gendarmerie de haute-montagne, tentent depuis de retrouver Julien et Sarah, en vain.

Ont-ils franchi la frontière ?

Des recherches ont été lancées aux alentours de la RN134, après le tunnel de Somport, où les deux étudiants auraient pu faire une sortie de route. Mais les autorités françaises et espagnoles ignorent s’ils ont effectivement franchi la frontière. D’après France 3 Aquitaine, ils auraient été vus pour la dernière fois dans une station service à Villanueva-de-Gallego, un village près de Saragosse.
Un appel à témoins a été lancé, notamment visible sur la page Facebook de la gendarmerie de Gironde. Sarah Mazerolles a les cheveux noirs, les yeux bruns et mesure 1,65 m ; Julien Pérez-Piguet a les yeux bleus, les cheveux noirs et mesure 1,80 m. Partis de Saragosse, ils circulaient tous deux à bord d’une Peugeot 206 de couleur blanche immatriculé DJ 610 JJ et ont pu emprunter l'axe RN134 Canfranc / Somport.
Deux numéros ont été mis en place afin de récolter un maximum de renseignements : 05.59.82.40.00 (gendarmerie) ou le 05 59 98 22 22 (police).



 

lundi 8 décembre 2014

Disparition inquiétante de deux étudiants entre Saragosse et Pau

La gendarmerie des Pyrénées-Atlantiques lance un appel à témoins après la disparition inquiétante en Espagne de deux étudiants d'une vingtaine d'années. Ils étudient la physiothérapie à l'Université San Jorge à Saragosse, selon El Periódico de Aragón et rentraient à Pau.

Julien Perez-Piguet et Sarah Mazerolles circulaient à bord d'un véhicule Peugeot 206 de couleur blanche immatriculé DJ 610 JJ, dans le sens Espagne - France, dans la soirée du vendredi 5 décembre en provenance de Saragosse, pour rejoindre Pau.
Le véhicule est susceptible d'avoir emprunté l'axe RN134 Canfranc - Somport.
Toute personne susceptible de fournir des renseignements est priée de contacter le 05 59 82 40 00.
http://www.sudouest.fr/pyrenees-atlantiques/pau/

dimanche 7 décembre 2014

Une disparition de plus en plus intrigante

Au moins une douzaine d'enquêteurs travaillent à temps plein pour tenter de cerner l'agenda de Francette Pierre-Émile, cette professeure des écoles de 58 ans, qui n'a plus donné signe de vie depuis mardi midi. Aucune piste ne se dégage.
« Invraisemblable » . « Un vrai casse-tête » . « Une histoire à dormir debout » . Mobilisés depuis mercredi, les enquêteurs de la Police Judiciaire, qui dirigent l'enquête et ceux de la Section de Recherches de la gendarmerie, co-saisis, se heurtent jusqu'ici à un mur. Comment une femme de 58 ans a-t-elle pu disparaître en pleine journée, dans une zone fréquentée, sans laisser de traces ?
C'est l'énigme, de plus en plus intrigante, à laquelle ils sont actuellement confrontés. Francette Pierre-Emile, 58 ans, professeure des écoles au Couvent de Cluny, n'a plus donné signe de vie depuis mardi 11h30. Après un cours d'éducation physique donné à sa classe de CE2, ses collègues l'ont vue quitter l'établissement au volant de sa BMW grise. Elle devait retourner manger chez elle, comme elle le fait tous les midis.
Sauf que son mari ne l'a jamais vue arriver. Inquiet, il a tenté de la joindre. Sans résultat (lire le témoignage ci-contre).
À 14 heures, cette mère de trois enfants, grand-mère depuis 15 jours, n'a pas repris les cours. « Ce n'est pas dans ses habitudes, c'est une personne très réglée qui est toujours à l'heure. Ça ne colle pas avec le personnage » , assure un membre de sa famille. Ce n'est que le lendemain qu'une collègue découvre sa voiture verrouillée, stationnée à l'arrière du Patio de Cluny, un petit centre commercial à Schoelcher. Elle prévient la communauté scolaire et la gendarmerie. La zone est entièrement balisée. Le parquet, compte tenu des premiers éléments de personnalité de cette maîtresse d'école, saisit immédiatement deux services spécialisés : la Police Judiciaire et la Section de Recherches de la gendarmerie.
Le véhicule est emmené dans la soirée à la brigade du Lamentin pour être expertisé par les techniciens en identification criminelle de la gendarmerie. Les prélèvements effectués ont été envoyés dans un laboratoire de l'Hexagone pour analyse.
Depuis sa découverte mercredi midi, les enquêteurs multiplient les auditions pour tenter de comprendre l'incompréhensible : famille, entourage, collègues, commerçants du centre commercial... Tout l'environnement est passé au peigne fin.
Une équipe dépouille également l'intégralité des images de la vidéo-surveillance du centre commercial et de la pharmacie juste en face. Un travail titanesque. « On cherche à voir tous les mouvements que le véhicule a pu faire » . L'exploitation des relevés téléphoniques a livré ses premiers résultats partiels hier. Mais sans rien révéler de particulier.
Sur le terrain aussi, les unités sont mobilisées. Hier, l'hélicoptère de la section aérienne de la gendarmerie a survolé plusieurs secteurs, autour de la zone du Patio de Cluny. Une équipe cynophile, dépêchée de Guadeloupe, a également fouillé la zone, en contrebas. En vain. « On essaie de fermer certaines hypothèses mais, à ce stade, aucune piste ne se dégage » , confie, un peu dépité, une source proche de l'enquête.
À défaut d'éléments concrets, la théorie d'une mauvaise rencontre, d'un braquage qui aurait mal tourné est fortement envisagée. Mais, à ce stade, celle d'une disparition volontaire ne peut pas non plus être totalement exclue. Même si, pour tous ceux qui connaissent Francette Pierre Emile, ce second scénario « ne peut pas tenir » . « Elle ne sort pas toute seule, elle est un peu poltronne et, surtout, elle était encore sur son petit nuage d'être devenue grand-mère »
« Jamais elle n'aurait disparu comme ça »
Gérard Pierre-Emile est formel. Par rapport à ses élèves, ses enfants et son petit-fils né il y a 15 jours, jamais son épouse n'aurait décidé de fuguer volontairement. Pour lui, « c'est inimaginable » .
 
Depuis 5 jours, les questions se bousculent dans la tête de Gérard. Mardi midi, il attendait son épouse pour manger mais « elle n'est jamais venue » , souffle-t-il. « J'ai essayé d'appeler deux fois, ça a sonné et je suis tombé sur le répondeur » . Surpris mais pas plus inquiet que ça, il passe près du Couvent de Cluny en allant faire une course un peu plus tard. Il voit que le véhicule de sa femme ne s'y trouve pas. Pourtant, c'est véritablement vers 18 heures, lorsque Francette ne regagne pas le domicile conjugal que Gérard prend conscience que quelque chose ne tourne pas rond. « Ça, ce n'était vraiment pas dans ses habitudes. On a alors commencé à appeler les hôpitaux, la police, etc... La directrice du Couvent nous a bien précisé que jamais, de toute la carrière de ma femme -et elle n'est pas courte-, elle a raté des cours sans prévenir. Même si elle avait un empêchement personnel, elle s'arrangeait toujours pour que ses élèves aient une remplaçante » . Décrite comme une professeure « très aimée et très gentille » , cette mère de trois enfants était aussi très famille. « Par rapport à ses élèves, à ses enfants, jamais elle n'aurait disparu comme ça. C'est inimaginable! » . D'autant plus qu'elle venait d'être grand-mère pour la première fois, le 15 novembre dernier. Le couple devait partir en France prochainement. « Francette avait déjà envisagé un certain nombre de choses à acheter pour le baptême. Elle avait plein de projets en tête » .
 

samedi 6 décembre 2014

Belgique: décès de l'ancienne reine Fabiola à l'âge de 86 ans

L'ancienne reine des Belges Fabiola, veuve du roi Baudouin, est décédée vendredi soir à Bruxelles à l'âge de 86 ans, a annoncé le Palais royal.


"Leurs Majestés le Roi et la Reine et les Membres de la Famille Royale  annoncent avec une très grande tristesse le décès de Sa Majesté la Reine  Fabiola, survenu ce soir au Château du Stuyvenberg à Bruxelles", a indiqué le  Palais dans un communiqué. Le drapeau qui flotte au dessus du palais royal dans le centre de Bruxelles a été mis en berne. Aucune décision n'a encore été prise sur les funérailles, a indiqué Palais. Fabiola avait été hospitalisée en 2009 pour une broncho-pneumonie. En juillet 2013, elle avait assisté à la passation de pouvoir entre son beau-frère, le roi Albert II et son neveu Philippe, dont elle était très proche. Les années passant, une arthrose l'avait contrainte à s'appuyer sur une canne puis à se déplacer en fauteuil roulant, ses apparitions devenant alors de plus en plus rares. Le roi Philippe, la reine Mathilde et la princesse héritière Elisabeth sont venus se recueillir au château du Stuyvenberg, où Fabiola repose. De même que l'ancien roi Albert et son épouse Paola, ainsi que plusieurs membres de la famille royale.

La "reine blanche"
Cette reine très catholique, adepte du Renouveau charismatique, avait marqué les esprits du monde entier en 1993 en assistant aux obsèques du roi Baudouin tout de blanc vêtue, signe d'espoir et de résurrection. Elle était alors entrée dans la légende comme la "reine blanche". Baudouin venait de mourir brutalement à 62 ans pendant ses vacances en Espagne, suscitant une immense émotion dans le pays. La grande souffrance du couple, resté très complice au cours des années, fut de ne jamais avoir d'enfants. Fabiola avait perdu cinq enfants avant leur
naissance.
Elle avait redonné le sourire au "roi triste"
Née Dona Fabiola de Mora y Aragon le 11 juin 1928 à Madrid, dans une famille de la noblesse espagnole, elle avait épousé Baudouin en décembre 1960, devenant la cinquième reine des Belges. Cette femme à la personnalité enjouée, "folle de musique et folle de danse", avait rendu le sourire à Baudouin, surnommé le "roi triste" depuis son accession au trône en 1951 dans des conditions difficiles après l'abdication de son père Léopold III.
Des condoléances venues de toute la Belgique
"La Belgique perd ce soir une grande reine qui a fait rayonner l'image de notre pays à travers le monde entier. Nous garderons le souvenir d'une grande dame qui s'inscrira dans l'Histoire de notre pays", a déclaré dans un communiqué le Premier ministre, le libéral Charles Michel. "La reine Fabiola a assisté le roi Baudouin durant tout son règne au service de la Belgique. Elle restera dans les mémoires pour sa présence et sa disponibilité, notamment auprès des plus fragiles de notre société", a souligné son prédécesseur, le socialiste Elio Di Rupo. "C'est une page qui se tourne", ont estimé plusieurs dirigeants politiques en soulignant que sous le règne de Baudouin, la Belgique était passée d'un Etat unitaire à un pays fédéral. Geert Bourgeois, le ministre-président de la région flamande, membre du parti nationaliste N-VA, a exprimé son "chagrin".
En 2013, polémique sur "une fondation privée"
Le couple royal espagnol, Felipe VI et Letizia, ont envoyé un télégramme de condoléances aux souverains belges, a indiqué le Palais à Madrid. "Je tenais à venir pour lui remettre quelques fleurs", a déclaré un homme d'une cinquantaine d'années, interrogé par la chaîne RTL-TVI devant les grilles du château. "C'était une personne très attachante, qui a fait beaucoup pour la Belgique". Une femme s'est présentée devant le palais royal avec une bougie. Début 2013, Fabiola s'était retrouvée au coeur d'une polémique, écornant son image, lorsque la presse avait révélé qu'elle avait créé une "fondation privée" destinée à aider ses neveux et nièces et des oeuvres culturelles ou sociales promouvant ses convictions catholiques. Elle s'était résolue à dissoudre sa fondation et avait par la suite limité ses sorties publiques.

vendredi 5 décembre 2014

Haute-Loire. Des recherches pour retrouver une adolescente de Saint-Pal-en-Chalencon

Jeudi à 21 heures, Johanne Sabary, âgée de 14 ans, a fugué de son domicile de Saint-Pal-en-Chalencon (où la famille réside depuis un an et demi) à la suite d’une dispute.
Les recherches entreprises au cours de la nuit n'ont pas permis de la découvrir. Ce matin, les investigations se poursuivent avec l'appui d'un chien de piste gendarmerie en provenance du Cantal. Des vérifications, sans succès, ont été faites au collège dans lequel elle est scolarisée, à Saint-Bonnet-le-Château, une commune de la Loire située à une quinzaine de kilomètres du domicile familial. 
Johanne a les cheveux longs et châtains foncés. Elle était habillée d'un jean et d'un pull bleu marine à paillette, jeudi soir. Elle aurait quitté la maison sans veste et sans téléphone portable, emportant un petit sac avec quelques affaires et sa carte de bus scolaire. Habituellement, elle prend le bus à Apinhac (Loire) pour rejoindre son établissement scolaire. Où elle n’était donc pas ce vendredi matin.
La zone de recherches est étalée entre Loire et Haute-Loire.
Toute personne susceptible d’avoir vu l’adolescente ou d’avoir quelconque informations peut aviser la gendarmerie en composant le 17 ou la brigade de Monistrol-sur-Loire, au 04 71 66 50 06.
http://www.leprogres.fr/haute-loire/2014/12/05/des-recherches-pour-retrouver-une-adolescente-de-saint-pal-en-chalencon

jeudi 4 décembre 2014

Charente-Maritime : une personne disparue à Nieulle-sur-Seudre retrouvée

Les projecteurs d'un hélicoptère ont balayé le village et les alentours de Nieulle-sur-Seudre entre 20 et 22 heures mercredi soir.
Un impressionnant déploiement de gendarmerie a été mis en place afin de rechercher une quadragénaire venue en famille s'installer il y a environ un an sur les rives de la Seudre. Cette mère de famille avait disparu dans des circonstances très inquiétantes. Elle a été recherchée très activement dès la fin de l'après-midi par les équipes de la gendarmerie nationale.
La gendarmerie indiquait ce jeudi matin que cette personne dépressive avait été retrouvée vivante dans la soirée.
http://www.sudouest.fr/2014/12/04/charente-maritime-une-personne-disparue-a-nieulle-sur-seudre-retrouvee-1757600-1475.php

mercredi 3 décembre 2014

L'ancien ministre Jacques Barrot est mort

L'ancien ministre centriste Jacques Barrot, ancien vice-président de la Commission européenne, membre du Conseil constitutionnel, est mort. Selon France Bleu Haute-Loire, il est décédé subitement ce matin, dans le métro, à Paris.

Jacques Barrot a fait un "malaise" au niveau du métro Sablons à Neuilly-sur-Seine et a été pris en charge par les secours, selon une source policière.

Jacques Barrot, ancien ministre de Valéry Giscard d'Estaing et de Jacques Chirac, avait été commissaire européen entre 2004 et 2009. Né à Yssingeaux (Haute-Loire) le 3 février 1937, il avait été maire de cette ville de 1989 à 2001. Figure de la démocratie chrétienne, européen convaincu, fils du député Noël Barrot, il avait été lui-même élu député de la Haute-Loire pour la première fois en 1967, cédant en 2004 son siège à Laurent Wauquiez.

Ministre du Commerce (1978-1979) puis de la Santé (1979-1981) sous VGE, il était redevenu ministre sous Jacques Chirac, occupant le porte-feuille du Travail et des Affaires sociales (1995-1997). Favorable à l'union de la droite et du centre au sein de l'UMP, il était devenu président du groupe UMP à l'Assemblée nationale (2002-2004) avant d'entamer une carrière européenne à Bruxelles: commissaire à la Politique régionale (2004) puis aux Transports (2004-2008) et enfin à la Justice (2008-2009).

"C'était un homme de conviction, qui a incarné les valeurs de dialogue, d'ouverture, d'humanisme de la démocratie chrétienne (...) C'était également un grand militant de l'Europe (...). Travailleur acharné, son expérience et ses compétences de juriste l'avaient amené à intégrer le Conseil constitutionnel en 2010", a salué dans un communiqué le premier ministre Manuel Valls. "Parce qu'il était toujours respectueux, (il) a toujours suscité un très grand respect. C'est donc un grand homme politique, un grand responsable public qui disparaît aujourd'hui", a-t-il ajouté.

La vice-présidente de l'Assemblée nationale Sandrine Mazetier (PS) a rendu hommage à "un authentique républicain", se souvenant de ses "larmes" au soir du 21 avril 2002 face à "la catastrophe démocratique" de la qualification de Jean-Marie Le Pen (FN) pour le second tour de la présidentielle.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/03/97001-20141203FILWWW00215-l-ancien-ministre-jacques-barrot-est-mort.php

mardi 2 décembre 2014

Béatrice Berlaimont retrouvée sans vie à Arlon: mystère autour de sa mort

Dénouement malheureux dans le cadre de la disparition de la petite Béatrice Berlaimont, âgée de 14 ans. Son corps a été retrouvé ce lundi après-midi "dans des bois" à Arlon, à proximité de chez elle. C'est ce qu'a confirmé en fin d'après-midi le parquet d'Arlon. La dépouille a été découverte dans un bois proche de son école situé le long de la rue Marie Delcourt à Sesselich. Le juge d'instruction ainsi que le parquet sont descendus sur place.
 
Les causes du décès inconnues 
"Le médecin légiste a été requis et a procédé à un examen sommaire externe du corps. Il procédera demain (ndlr: mardi) à une autopsie afin de déterminer les causes du décès qui demeurent inconnues à cet instant. L’enquête se poursuit afin d’identifier, le cas échéant, le ou les auteurs", a précisé en début de soirée Sarah Pollet, magistrate de presse du parquet d'Arlon. 
 
Importants moyens déployés 
La jeune fille avait quitté son domicile, situé à Arlon, vers 7h30 le 21 novembre dernier. Mais elle n'avait jamais rejoint son école. Sa disparition, qui "ne présentait pas le profil d'une fugueuse", selon les autorités, avait immédiatement été jugée inquiétante et des moyens importants avaient été mobilisés pour la retrouver.
Un hélicoptère a survolé la région, proche des frontières française et luxembourgeoise, des policiers et des militaires ont effectué des battues et une campagne d'affichage nationale avait été lancée. Samedi, entre 100 et 150 citoyens ont pris part à une distribution de tracts d'avis de recherche. Cette initiative citoyenne était encadrée par la police.
 
Une enquête "très difficile" 
L'enquête était qualifiée par le chef de service de la cellule disparition, Alain Remue, de "très difficile", car "toutes les pistes restaient ouvertes". "On sait juste qu'elle n'était pas bien dans sa peau, comme beaucoup d'adolescents de 14-15 ans, et qu'elle souffrait de la séparation de ses parents", avait expliqué une porte-parole de Child Focus.
 
Campagne de désaffichage
L'asbl va aujourd'hui procéder au retrait des affiches signalant la disparition de la jeune fille, et demande également aux personnes possédant des affiches de les retirer."Par respect pour la famille, nous demandons instamment aux personnes qui ont collé une affiche à leur fenêtre ou sur leur voiture de la retirer", a indiqué ce lundi la porte-parole. Par ailleurs, Child Focus a signalé que "les parents peuvent être soutenus par nos conseillers, s'ils le souhaitent."   
     http://www.rtl.be/info

lundi 1 décembre 2014

La Londe: la petite fille désespérément introuvable

Le corps de la petite fille, 8 ans, restait ce dimanche introuvable trois jours après sa disparition. Dimanche, le département a encore été placé en vigilance « inondations » à cause des pluies menaçantes
Les recherches sont restées vaines ces trois derniers jours pour tenter de retrouver le corps de la petite Marie, 8 ans, portée disparue depuis jeudi soir à La Londe.
Dans la soirée de jeudi, la fillette et sa maman Nathalie avaient été emportées, sur la route du retour de l'école, dans la crue du Maravenne. Le corps de la mère avait été découvert dans la matinée de vendredi.
Les gendarmes, les pompiers et les agents communaux renforcés hier après-midi par des plongeurs de la Marine nationale - un renfort annoncé par le ministre de l'intérieur lors de sa visite à La Londe la veille - n'ont pas retrouvé la petite victime.
>>
Un hélicoptère a été engagé notamment pour l'observation de la bande côtière à proximité des embouchures du Maravenne et du Gapeau, balayées depuis vendredi par un vent d'est.
Les berges ont été ratissées, de nouveaux dragages ont été opérés, les endroits « marqués » par les chiens spécialisés ont été déblayés et le port a été sondé encore hier par les démineurs. L'hypothèse d'une dérive au large du littoral est jugée plausible.
Une cellule psychologique à l'école
La commune a annoncé ce dimanche la mise en place d'une cellule psychologique au sein de l'école Antoine-Bussone (qui devait rouvrir ce matin de même que les autres établissements scolaires de la ville).
Sur les réseaux sociaux, les messages de condoléances et les marques de compassion ne cessent d'affluer. Beaucoup pensent au père de famille. « Je ne cesse de penser à cet homme un mari, un papa, qui en un rien de temps a perdu une partie de lui… Que l'amour lui donne la force de surmonter cette insoutenable épreuve », écrit Marina sur la page Facebook d'une communauté hyéroise.
>>
À La Londe aussi, où le temps semble suspendu depuis ces derniers jours, les habitants ont commencé à déposer spontanément des fleurs pour rendre hommage à une famille connue et appréciée.

http://www.nicematin.com/derniere-minute/la-londe-la-petite-fille-desesperement-introuvable.2007046.html