samedi 31 mai 2014

Jura. Gendarmes et pompiers à la recherche d’un quadragénaire originaire de Souvans

Dès le début d’après-midi, hier, les gendarmes et les pompiers se sont alliés pour rechercher une personne disparue. Il s’agit d’un habitant de la commune de Souvans, âgé d’une quarantaine d’années. Les équipes engagées ont quadrillé les communes de Souvans, Nevy-lès-Dole et Rahon.

Le portable borné à la Chapelle sur Furieuse

L’hélicoptère de la gendarmerie a survolé ces zones, ainsi que le secteur de La Chapelle-sur-Furieuse, où le portable du disparu, allumé, avait émis. Des administrés de la commune de Souvans se sont joints aux secours. Hier soir, vers 19 heures, ils fouillaient encore les bois. Mais les recherches n’ont rien donné, la zone où le portable du quadragénaire a été localisé, faisant quelque 2,5 kilomètres. À 20 h 30, sa famille était toujours sans nouvelle. Aussi elle lance un appel à toute personne qui aurait pu voir le véhicule du quadragénaire. Il s’agit d’une Renault Dacia Sandero noire, avec des poignées gris métallisé, immatriculée AK575TL.
Les éventuels témoins ayant aperçu ce véhicule sont invités à contacter la gendarmerie de Mont-sous-Vaudrey au 03 84 71 71 68 ou la mairie au 06 70 78 21 42.
 

vendredi 30 mai 2014

Disparition de Maria : "on voulait vivre tous les deux"

L'adolescente avait fugué avec un homme de 30 ans. Ce dernier, Thomas Dumontheil, s'explique dans une vidéo postée sur Facebook.
La vidéo. Il dit ne rien regretter et s'inquiéter de l'avenir de Maria. Thomas Dumontheil, l'homme de 30 ans avec qui l'adolescente bretonne avait fugué près de quinze jours mi-mai, s'explique dans une vidéo de trois minutes postée sur son compte Facebook. "Je tiens à m'excuser pour tout le mal que l'on a fait autour de nous", réagit-il depuis sa chambre d'hôtel de Madrid, où il est placé sous contrôle judiciaire avec interdiction pour le moment de sortir du territoire espagnol.
Le suspect sous placement judiciaire à Madrid. "Il a par conséquent fixé sa résidence provisoire dans un hôtel de la capitale, d'où il a vraisemblablement posté la vidéo sur son compte Facebook", a indiqué, à Europe 1, le procureur de la République de Lorient, Alexis Bouroz. Thomas Dumontheil devrait être remis prochainement aux autorités françaises.
"On voulait vivre tous les deux". La vidéo, visiblement tournée avec une webcam, ou un smartphone, a été publiée le 28 mai, soit le lendemain de l'interpellation du suspect. C'est bien moi, Thomas Dumontheil", commence le jeune homme. "On voulait vivre tous les deux. On n'arrivait plus à tenir loin l'un de l'autre. On morflait depuis quelques mois à attendre chacun de notre côté. On ne se voyait pas attendre encore trois ans. C'est clair et net", justifie-t-il.
"Elle a toujours été choyée". "Vous me croirez ou pas, mais la personne qui a donné le top, c'est Maria, ce n'est pas moi. Je n'ai jamais forcé qui que ce soit à faire quelque chose", poursuit Thomas Dumontheil. "Je n'ai jamais fait de mal à Maria. Elle a toujours été choyée. Il n'y a pas eu un seul moment où elle n'a pas eu ce dont elle avait besoin", assure encore le trentenaire, qui explique qu'ils allaient régulièrement à l'hôtel ou au camping. "On avait des projets, mais je ne vous dirai pas lesquels évidemment", dit encore le jeune homme.
"Je n'attends pas d'être pardonné". "Je ne sais pas où je vais me retrouver. Je ne sais pas du tout quel est mon avenir. Mon avenir en France, en soi, est quand même très compromis", reconnait-il. "Je n'attends pas d'être pardonné, je suis l'adulte dans l'histoire, Maria n'étant qu'une enfant. J'espère que les choses se passeront bien pour elle par la suite", conclut-il.
"Tu es et tu resteras un bon copain". Sur Facebook, les proches de Thomas Dumontheil lui ont apporté leur soutien à la suite de la publication de la vidéo. Le poste du jeune home a été partagé près de 140 fois et recueille près d'une cinquantaine de likes. "Même si aux yeux de la loi tu es coupable de quelque chose... tu es et tu resteras un bon copain", réagit une amie du suspect. "Je sais que tu n'es pas un pédophile et je suis sûr et certaine que jamais tu ne lui aurais fait de mal", commente un autre.
Des anonymes l'ont également soutenu sur sa page Facebook. "Je ne te connais pas, et je trouve que cette histoire est absurde, mais je ne dois pas juger, l'amour n'a pas de limite. Un grand soutien et courage à toi", réagit encore un internaute.
Cinq ans de prison. L'adolescente et le trentenaire ont été retrouvés mardi à Almeria, dans le sud de l'Espagne. Alors que Maria a retrouvé ses parents, venus la chercher, Thomas Dumontheil a été incarcéré. Il devrait être extradé vers la France puis mis en examen pour "soustraction de mineur". Il risque jusqu'à cinq ans de prison. Son casier judiciaire est vierge mais, selon le procureur de Lorient, Thomas Dumontheil a une personnalité "sulfureuse, défavorablement connu par certains de ses proches et comme ayant de l'attirance pour les très jeunes filles".

http://www.europe1.fr/France/Disparition-de-Maria-on-voulait-vivre-tous-les-deux-2136975/

mardi 27 mai 2014

L'adolescente de Belz retrouvée en Espagne

L'adolescente de 14 ans disparue il y a 13 jours du domicile familial du Morbihan aurait été retrouvée en Espagne saine et sauve indique France Bleu Izel sur son compte Twitter. Son compagnon, un homme d'une trentaine d'années avec qui elle serait partie volontairement a été interpellé selon les informations du parquet de Lorient relayé par France bleu Izel.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/05/27/97001-20140527FILWWW00253-l-adolescente-de-belz-retrouvee-en-espagne.php

Gaillac. Le décès de «Dédée» Régis

Des générations de Gaillacois l'appelaient respectueusement Dédée. Avec un «s'il vous plaît» pour se faire servir un demi ou un café qui marquait la déférence. Andrée Régis s'en est allée, accompagnée par tous les amis du Café des Sports, un haut lieu des rencontres, des parties de Polignac, de boules et de ces apéros-raisos sans fin. Elle était déjà un peu loin, dans son ailleurs, depuis quelques années, mais Claude, son mari, Françoise et Christian ses enfants, elle les reconnaissait d'un sourire. Dédée était née à Petit-Couronne, où son père, un Decazevillois pur sucre, était allé travailler pour y construire la raffinerie Shell. Elle y avait passé sa jeunesse, avant de revenir à 18 ans à Gaillac. «Elle travaillait à Toulouse pendant 2 ans» se rappelle Françoise. Par sa cousine Marcelle, mariée à Jean Régis, le grand rugbyman carmausin, elle connaît un beau brun, un de ces troisièmes lignes élancés au look latin - pattes et gomina - Claude, le frère de Jean. Ils se marient le 29 décembre 1952. La noce a lieu au sous-sol du Lion d'Or, chez Domenech, qui faisait aussi dancing. Ils ont 20 et 22 ans. Quand ses beaux-parents Marcel et Louise prennent du recul au café, elle y vient et tient le comptoir avec fermeté, tout en s'occupant de la famille. «Je prenais une bouffe par jour. Et si je sautais un jour, le lendemain, elle m'en mettait deux» se souvient Christian. Ferme, Dédée Régis l'était aussi quand il fallait calmer des juniors trop impétueux. Elle prenait le balai à l'occasion, aussi efficace qu'un Patrice Lisant (qui a grandi dans le café) à la porte d'une discothèque, ou qu'un Vincent Moscato, qui a usé les banquettes de moleskine de son postérieur joufflu. Vincent a d'ailleurs parlé avec une affection émue de Dédée sur l'antenne de RMC. Pendant que Claude puis Christian jouaient le dimanche après-midi, Dédée tenait le Café. «De temps en temps, elle venait me voir à Laborie» glisse Christian. «Son sport favori, curieusement, c'était la boxe. Elle suivait les combats à la TV» ajoute Françoise. Cette fois, à 82 ans, Dédée est vraiment partie. Accompagnée de tous ceux qui ont passé au Café des Sports le meilleur de leur jeunesse.

http://www.ladepeche.fr/grand-sud/tarn/

lundi 26 mai 2014

Mobilisation à Grand-Champ pour retrouver un quinquagénaire disparu

Cet après midi de lundi, dans le Morbihan, la commune de Grand-Champ se mobilise avec ses employés municipaux, les bénévoles, les pompiers et les gendarmes pour tenter de retrouver un homme de 53 ans disparu depuis 5 jours. Il s'agit d'une personne souffrante et désorientée.


La compagnie de gendarmerie de Vannes a lancé des recherches dès mercredi 21 mai pour tenter de retrouver Eric Charue, 53 ans, demeurant à Grand-Champ (56).

L'homme a quitté son domicile à pied, mercredi à 13h45, après y avoir été raccompagné par un ami. Depuis des recherches ont été effectuées dans les environs, en vain. Un hélicoptère de la gendarmerie nationale a même effectué des survols samedi.

La commune a décidé d'organiser une battue ce lundi après-midi en mobilisant le maximum d'employés municipaux, de bénévoles et de combiner les recherches avec les pompiers et les gendarmes. Ils sont 150 personnes à s'être portés volontaires pour ces recherches.

Un homme malade

Le quinquagénaire serait affaibli physiquement, voire désorienté. Il n’a ni argent, ni téléphone, ni pièce d’identité sur lui.
Dégarni, cheveux blancs, yeux bleus, Eric Charue porte un sweat bleu à rayures rouge, un jean bleu et des baskets. La dernière fois qu’il a été vu, il marchait sur la RD 779, en direction de Baud mercredi vers 16h.

Toute personne disposant d’informations peut joindre la gendarmerie de Vannes au 02.97.54.43.98.


http://bretagne.france3.fr/2014/05/26/mobilisation-grand-champ-pour-retrouver-un-quinquagenaire-disparu-485087.html

Le combat de Nadine: rechercher sa fille, née sous X à Lens le 18 juin 1978

Depuis 2011, c’est devenu son quotidien, son objectif. Nadine Violier, maman et grand-mère comblée, souhaite retrouver la trace de sa première fille, qu’elle a mise au monde sous X, il y a trente-six ans. Une tâche compliquée, surtout dans ce sens là.
« Ce que je cherche, c’est simplement savoir si elle est bien dans sa vie. » Nadine Violier a aujourd’hui 53 ans mais n’en avait que 17 quand elle a été admise, le 18 juin 1978, à la maternité de Lens pour donner naissance à une petite fille. Un bébé qu’elle ne verra jamais. « Je ne l’ai jamais prise dans mes bras. »

Sur volonté de ses parents, dit-elle, Nadine a accouché sous X. « Moi je voulais garder cet enfant. Il y avait des solutions, ils ont choisi la plus simple. » Placée en maison maternelle à Bapaume durant la grossesse, la jeune femme a su très vite « mettre un mouchoir » sur cette période difficile.

Quelques mois plus tard, elle rencontre un autre homme qui deviendra son mari. Le couple s’installe ensemble dès 1979 et accueille son premier enfant en 1980. Trois autres suivront en 1981, 1985 et 1987. Nadine Violier s’est reconstruite, mais n’a jamais oublié. Et en 2010, l’envie de retrouver cet enfant devenue femme se met à trotter dans sa tête. « J’ai fait une grosse dépression, je suis encore sous cachets aujourd’hui. À l’époque j’ai été suivie par des psychologues avec qui j’ai beaucoup parlé. Cet accouchement sous X est revenu en surface », explique-t-elle.

Aidée par une assistante sociale, elle écrit d’abord (en 2011) au conseil général qui l’oriente vers le Conseil national pour l’accès aux origines personnelles. C’est la procédure. Celui-ci lève le secret du dossier en février 2012. Cela veut dire que sa fille peut, si elle le souhaite, la retrouver. Mais Nadine, elle, n’a pas accès à toutes les données. Alors, depuis, elle fouille les pistes qui lui remontent dans ses contacts ou sur les réseaux sociaux, avec un constat : « Dès qu’on dit que l’on recherche sous X, les mairies se ferment. »

Celle qui se qualifie comme étant une « maman X » dispose d’une poignée d’éléments pour l’aider dans sa quête : trois prénoms qu’elle a pu donner quand même à l’accouchement, et le fait que le bébé ait été recueilli par une famille du Pas-de-Calais. « A priori elle habite toujours dans la région, ajoute-t-elle. Je chercherai jusqu’à trouver. Même si elle ne veut pas donner suite, je veux juste savoir si elle est bien dans sa vie. »

http://www.lavoixdunord.fr/region/le-combat-de-nadine-rechercher-sa-fille-nee-sous-x-a-ia35b54051n2162132

dimanche 25 mai 2014

Disparition d’enfants : un nouveau site dédié à la sensibilisation

Le Centre français de protection de l’enfance lance un nouveau site pour sensibiliser aux disparitions d’enfants, quelques jours avant la journée internationale des enfants disparus, organisée le 25 mai. 
Le site www.25mai.fr a pour principal objectif de faire connaître le 116 000, numéro européen d’appel d’urgence gratuit pour les disparitions d’enfants. Mais le but affiché du Centre français de protection de l’enfance (CFPE) et de la journée internationale des enfants disparus peut se décliner en trois points : se souvenir, prévenir et mobiliser. On retrouve ainsi sur le site une carte retraçant les lieux et noms des enfants disparus depuis quelques années (parmi lesquels celui d’Estelle Mouzin). Il s’agit également, via le site, de sensibiliser le grand public tout au long de l’année, et pas seulement le 25 mai. Le site est aussi dédié aux enfants, premières victimes, avec un parcours de sensibilisation aux enlèvements criminels. En pratique, les enfants accompagnent deux personnages, Leila et Mathéo, dans des situations où ils sont amenés à reconnaître et éviter le danger qui se présentent à eux. Ce dispositif, sous forme de dix questions, a été réalisé par deux psychologues. Le site est participatif puisque les utilisateurs peuvent témoigner et agir en faveur de la cause des enfants disparus. Agir par le biais, pourquoi pas, des associations mises en avant par 25mai.fr qui se veut également « portail de visibilité ». En 2013, environ 47 759 enfants ont été inscrits au fichier des personnes recherchées. L’association rappelle que les principales sources de disparitions d’enfants sont les fugues, les enlèvements parentaux et les disparitions inquiétantes.
Source : CFPE-Enfants Disparus

http://www.parents.fr/Actualites

samedi 24 mai 2014

Eppeville : la disparition de Christophe cachait un meurtre sauvage

Cinq de ses amis ont été arrêtés dans le cadre de la disparition de Christophe Rambour en 2011. Le garçon aurait été torturé avant d’être tué.
C’était le 24 novembre 2011. Christophe Rambour annonce à son père qu’il va « manger chez des amis ». Il ne le reverra jamais. Hormis un coup de téléphone le 2 janvier 2012, le jeune homme de 27 ans, domicilié à Eppeville près de Ham, ne donnera plus jamais aucun signe de vie.
Mardi, l’inquiétude des parents s’est transformée en angoisse puis en chagrin, après l’interpellation par la section de recherches d’Amiens de deux personnes à Saint-Quentin et à Saint-Gobain. Les deux suspects, un homme et une femme, ont été rejoints hier matin par trois autres personnes, habitants le secteur. Ces arrestations font suite à l’ouverture fin 2013 d’une information judiciaire pour homicide volontaire par le parquet amiénois.

Séquestré et torturé
avant d’être tué

Les deux premiers interpellés ont été déférés hier soir devant le juge d’instruction. Au moins deux autres personnes se trouvaient encore en garde à vue ce mercredi soir. Ils auraient reconnu avoir participé au meurtre du jeune homme. Tous seraient des proches de la victime. Les faits, s’ils se confirment, sont d’une cruelle sauvagerie. Selon nos informations, la victime aurait été séquestrée, maltraitée et torturée avant de trouver la mort. Ses bourreaux se sont ensuite débarrassés du corps en le brûlant.
On ignore encore la durée et le lieu de ce calvaire. Le parquet d’Amiens n’a pas encore confirmé ces éléments.
Célibataire et sans emploi depuis début 2011, Christophe Rambour vivait chez son père, ses parents sont divorcés. Mais le couple restait soudé pour retrouver leur fils.
Son père nous avait fait part de ses « mauvaises fréquentations » fin 2012. Décrit comme un garçon gentil mais « influençable, » on ne lui connaissait pas de problèmes particuliers.
Plusieurs éléments ont mis la puce à l’oreille des gendarmes, qui dans un premier temps, n’avaient pas considéré cette disparition comme suspecte. Sa voiture avait été revendue à plusieurs reprises et son téléphone portable avait changé de propriétaire.
Ses meurtriers présumés pourraient être mis en examen pour séquestration, acte de barbarie et meurtre.

vendredi 23 mai 2014

Disparition inquiétante de Fiona, 13 ans, en région parisienne

Fiona, 13 ans, n’a plus donné signe de vie depuis le 15 mai…
La gendarmerie de la Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) a ouvert une enquête après la disparition inquiétante d’une adolescente de treize ans, a appris, ce vendredi matin, 20 Minutes.
Yeux verts, cheveux roux, Fiona qui mesure 1,59m et pèse 53 kilos a été aperçue pour la dernière fois le jeudi 14 mai à la gare de l’Est à Paris. Elle portait des baskets Nike vert-pomme et beige, un jean troué sur les jambes et un petit haut noir

Elle a fait l’école buissonnière

Elle avait quitté le domicile familial à 7h20 à Saacy-sur-Marne pour se rendre au collège de Lizy-sur-Ourcq où elle est scolarisée. «Mais elle n’est pas allée en cours et est partie avec une amie», confie une source proche de la famille de la jeune fille.
C’est après avoir passé la journée sur Paris que les deux amies se sont séparées. «Elles attendaient le train de 16h50 pour rentrer et elles se sont faites accoster par un groupe de cinq individus d’une vingtaine d’années à la gare de l’Est», poursuit notre source.

Fiona devait prendre la train suivant

Alors que son amie a décidé de rentrer chez elle, Fiona est restée avec le groupe en assurant à son amie qu’elle prendrait le train suivant. Depuis, elle n’a donné aucune nouvelle suscitant l’inquiétude de sa mère.
Toute personne pouvant fournir des renseignements sur cette disparition peut appeler la Gendarmerie de La ferté-sous-Jouarre au 01 60 22 01 19.

http://www.20minutes.fr/societe/1383517-20140523-disparition-inquietante-fiona-13-ans-region-parisienne

mercredi 21 mai 2014

HAUTE-LOIRE. Disparition inquiétante et inexpliquée : un appel à témoins est lancé

La semaine dernière, d’importantes recherches, sans succès, avaient été entreprises aux abords du barrage de Lavalette, à Lapte, pour tenter de retrouver une quadragénaire dont la voiture avait été retrouvée juste à côté de l’ouvrage. L’hypothèse privilégiée était alors un geste désespéré
Toutefois, aucun élément ne permet de confirmer ceci puisqu’aucun corps n’a été retrouvé. Une tiers personne est-elle intervenue ? Le quadragénaire a-t-elle brouillée les pistes ? Tout est envisageable et la communauté de brigades de gendarmerie de Tence lance un appel à témoins, après cette disparition inquiétante inexpliquée.

« Mercredi 14 mai en milieu d'après-midi Nicole Paulet quitte, sans explication, le domicile familial situé à « La Rouchouse » commune de Sainte-Sigolène à bord de son véhicule AUDI 80 blanc, immatriculé « 8629 JT 43 », retrouvé dans la soirée au barrage de Lavallette.
Nicole Paulet est âgée de 47 ans, mesure 1,65 m, possède les cheveux bruns courts et les yeux marrons.

Elle était vêtue, mercredi dernier, d’un pantalon rouge, d’un pull rose et blanc, d’ un blouson noir en skaï avec un col en fourrure et de bottines noires. Elle portait une paire de lunettes de vue et des boucles d'oreille.
Il est demandé à toute personne ayant rencontrée l'intéressée et étant susceptible de la localiser ou d'avoir des renseignements utiles à l'enquête en cours, de prendre attache téléphoniquement avec la gendarmerie de Tence au 04 71 59 81 16.


http://www.leprogres.fr/haute-loire/2014/05/21/disparition-inquietante-et-inexpliquee-un-appel-a-temoins-est-lance

lundi 19 mai 2014

Disparition à Belz. Les recherches se poursuivent

L'enquête se poursuit pour retrouver l'adolescente, portée disparue depuis mercredi dernier.

Le mercredi 14 mai à 7 h 30, Maria Delval a quitté le domicile familial à Belz (Morbihan). Ne donnant plus signe de vie depuis ce matin-là, sa disparition est jugée inquiétante.
Il s'agirait d'un départ volontaire, apprend-on ce lundi. Mais les recherches se poursuivent pour retrouver l'adolescente.

Bientôt 15 ans

Maria Delval est née le 18 juin 1999, mesure 1 m 57 et pèse 49 kg. Elle a des cheveux châtain clair et longs jusque dans le dos, les yeux marrons. Son teint est mat. Elle peut être porteuse de lunettes de vue à monture noire.
Le jour de sa disparition, elle était habillée en noir et portait deux sacs à dos (un sac à dos de couleur bleu de marque Longchamp et un sac à dos de couleur noir).
Toute personne qui dispose de renseignements permettant de retrouver Maria Delval, peut contacter la brigade de gendarmerie d'Etel au 02 97 55 32 11.

http://www.ouest-france.fr/bretagne/fait-du-jour#from-breadcrumb

dimanche 18 mai 2014

Disparition à Belz. La gendarmerie lance un appel à témoins

La compagnie de gendarmerie de Lorient alerte sur la disparition inquiétante d'une jeune adolescente de Belz. Sa famille est sans nouvelle depuis mercredi.

Le mercredi 14 mai 2014 à 7 h 30, Maria Delval quitte le domicile familial à Belz (Morbihan). Ne donnant plus signe de vie depuis ce matin-là, sa disparition est jugée inquiétante.

Bientôt 15 ans

Maria Delval est née le 18 juin 1999, mesure 1 m 57 et pèse 49 kg. Elle a des cheveux châtain clair et longs jusque dans le dos, les yeux marrons. Son teint est mat. Elle peut être porteuse de lunettes de vue à monture noire.
Le jour de sa disparition, elle était habillée en noir et portait deux sacs à dos (un sac à dos de couleur bleu de marque Longchamp et un sac à dos de couleur noir).
Toute personne qui dispose de renseignements permettant de retrouver Maria Delval, peut contacter la brigade de gendarmerie d'Etel au 02 97 55 32 11.

http://www.ouest-france.fr/surtitre/disparition-belz

vendredi 16 mai 2014

Cahuzac-sur-Vère. Guillaume Salvan, le chef étoilé de la Falaise, s'est éteint

«C'est vraiment triste. C'est une nouvelle que nous attendions, mais c'est difficile à avaler», compatissait hier soir, délaissant un instant le service Simon Scott, chef étoilé du Bistrot des saveurs à Saint-Avit près de Castres. Il a appris le décès hier de son confrère et ami Guillaume Salvan. Le chef étoilé de la Falaise à Cahuzac-sur-Vère s'est éteint ce jeudi à 15 heures, des suites d'un cancer. Il était âgé de 50 ans. Sa table était une des très rares dans le Tarn à avoir une étoile au guide Michelin, qu'il avait décrochée en 2009.
Enfant, Guillaume Salvan rêvait de devenir boulanger. Adolescent, c'est l'école hôtelière de Nice qu'il a intégrée. Après un tour par plusieurs grandes tables françaises (Martinez, Carlton, Lucas Carton), il avait repris un ancien restaurant routier de Cahuzac-sur-Vère en 1997 avec son épouse Sylvaine. Après «avoir démarré petit à petit», il a obtenu le succès que l'on sait et enfin la consécration du célèbre guide rouge. Le tout dans un cadre modeste, comme il le confiait en 2009 lors de son entrée au Michelin : «L'assiette a plus séduit que le standing de l'établissement. On a obtenu cette étoile en faisant comme on a toujours souhaité faire. Notre cuisine est une cuisine du marché. Avec des produits de saison issus du terroir au sens des producteurs locaux : le veau labellisé, l'agneau de Cap Blanc, juste au-dessus du restaurant, l'ail rose de Lautrec. Il y a aussi de petits producteurs en bio. On a des fleurs comestibles, des plantes aromatiques cueillies fraîches du matin. C'est une cuisine du sud mais très personnalisée.»

«À 1 000 lieues de la cuisine spectacle»

«C'était type exceptionnel et un super-cuisinier, et il le fallait pour drainer une clientèle toujours plus importante à Cahuzac-sur-Vère. Intelligent et humble, il était à 1 000 lieues de la cuisine spectacle», décrit un habitué de la Falaise.
Ces derniers temps, le téléphone sonnait dans le vide. «Le restaurant a fermé depuis au moins trois mois», regrette une Cahuzacoise.
«C'est lui qui m'avait appris que j'avais moi aussi mon étoile au Michelin. Guillaume Salvan était quelqu'un qui comptait beaucoup pour moi», reprend Simon Scott à Castres. «Chef étranger, quand je suis arrivé dans le Tarn, j'ai rencontré Guillaume, qui parlait très bien anglais. Il m'avait aidé. Il y avait quelque chose entre nous, dans la façon d'aborder la cuisine, qui était sa vie. C'était un passionné. Je l'appréciais à la fois pour de très bonnes valeurs humaines et pour sa cuisine. C'est dur la vie parfois.»

http://www.ladepeche.fr/article/2014/05/16/1882163-cahuzac-vere-guillaume-salvan-chef-etoile-falaise-est-eteint.html

jeudi 15 mai 2014

Disparition inquiétante en Vallespir

Jean-Robert Prunes s’est volatilisé. Ce patient de la maison de soins Le Château Bleu d’Arles-sur-Tech est parti à pied mardi vers 18 heures. Il n’est jamais rentré.

Les gendarmes ont mené des recherches toute la journée de mercredi, dans toute la région du Vallespir, avec des équipes cynophiles. Sans résultat.

L’homme aurait été vu à l'entrée de Can parterre (lieu-dit d’Arles-sur-Tech) peu après 18h20 mardi. La géolocalisation de son téléphone portable déclenche le relais de Saint-Laurent-de-Cerdans à 20h20.

L’homme de 73 ans a les cheveux clairsemés gris, il mesure 1,80 m, de corpulence mince. Il est vêtu d'un pantalon de survêtement bleu, d'un tee-shirt rose et d'un manteau crème.

En cas de découverte, il faut joindre gendarmerie d’Arles-sur-Tech au 04.68.39.10.04.

http://www.francebleu.fr/faits-divers

mercredi 14 mai 2014

Disparition. Une femme recherchée sur le secteur de Plancoët

Il s'agirait d'une femme originaire de Saint-Lormel qui n'aurait pas donné de nouvelles depuis dimanche. Des plongeurs de Lézardrieux mènent actuellement des recherches.

Ce lundi matin déjà, la gendarmerie de Plancoët scrutait activement la rivière de l'Arguenon. Et depuis hier, deux plongeurs de la brigade nautique côtière de Lézardrieux mènent les recherches.
Selon nos informations, il s'agirait d'une femme originaire de Saint-Lormel. Le maire de la commune, Claude Rigolé, n'a pas nié les faits mais se refuse à communiquer sur le sujet.

http://www.ouest-france.fr/bretagne/cotes-darmor/plancoet-22130#from-breadcrumb

mardi 13 mai 2014

Nancy : Recherche de mineur en fugue

Mickaël Germain est déclaré en fugue depuis le 5 février 2014 et fait l'objet d'une procédure de disparition inquiétante. Si vous l'apercevez, veuillez appeler au 03.55.02.30.02 (8h à 12h et 14h à 18h du lundi au vendredi ou faite s le 17. lors de sa disparition le jeune homme était vêtu d'un ensemble de jogging. Il mesure environ 170cm et est assez mince. Il est de type européen avec des cheveux bruns et des yeux marrons. Il fréquente habituellement les communes de Vandoeuvre-lès-Nancy, Essey-lès-Nancy, notamment dans les petits quartiers.   

 http://www.estrepublicain.fr/actualite/2014/05/13/nancy-recherche-de-mineur-en-fugue

lundi 12 mai 2014

La disparition d’Annette Ginestet, présidente de Musique au coeur du Médoc

Annette Ginestet est décédée jeudi 8 mai après une répétition, la veille, de "Carmina Burana" de Carl Off pour une représentation le 14 juin au Château Lascombes La musique aura été présente jusqu'au bout, tel était son souhait.
 
Présidente de Musique au Cœur du Médoc-MACM-, son objectif a toujours été d'offrir un programme de concerts à la fois complet et varié et surtout de qualité ; de permettre à un maximum de public d'accéder à la musique classique et au chant lyrique. Sa ténacité et son amour pour la musique l'ont conduite à ouvrir les portes des châteaux en donnant à ces lieux des moments magiques.
En 2007-2008, MACM a créé le concours des jeunes stars lyriques à l'échelon international. Annette s'est plongée dans cette aventure en sélectionnant elle-même les futurs candidats du concours toujours en augmentation (100 candidatures et 40 sélectionnés pour 2014) un travail intense qui demandait une attention soutenue, une sensibilité musicale, un professionnalisme sans faille. Chef de chœur de l'Ensemble Bordeaux Médoc (Chorales Allegro Vocal de Margaux et Point d'Orgue de Talence), elle dirigeait avec énergie la chorale Allegro Vocal créée il y a 45 ans avec son mari Bernard Ginestet, preuve d'un attachement sans faille et d'une passion dans tout ce qu'elle entreprenait, notamment au niveau du chant choral, pour lui donner toutes ses lettres de noblesse, que ce soit dans des œuvres lyriques ou sacrées mais aussi dans des chansons du terroir comme les chants de Noël, les chansons à boire…
La chorale Point d'orgue de Talence unit par sa volonté à Allegro Vocal a permis de se produire dans un registre où un nombre important de choristes était nécessaire pour donner toute l'ampleur aux œuvres choisies.
Qu'est ce que la musique, pourquoi est-elle si enchanteresse ? «La musique est le secret de l'amour, et l'amour est le secret de Dieu (chant soufi de l'Inde)». Pour Annette cet amour de la musique sera éternel.

http://www.sudouest.fr/gironde/margaux/

dimanche 11 mai 2014

Disparition de Fiona : un an d'enquête et un corps toujours introuvable

Il y a un an, Cécile Bourgeon signalait la disparition de sa fille... avant d'avouer quatre de mois plus tard qu'elle avait menti. Fiona était morte et son cadavre enterré. Alors qu'une marche silencieuse a lieu dimanche à Clermont-Ferrand, les fouilles reprendront mardi 13 mai près du lac d'Aydat.
Le 12 mai 2013, Cécile Bourgeon se rend au commissariat de Clermont-Ferrand en fin de journée. Elle signale la disparition de sa fille Fiona, 5 ans, avec qui elle était au Parc Montjuzet. Une petite fille blonde, de corpulence moyenne - un mètre dix -, yeux couleur bleu vert clair. Enceinte de six mois, la mère prétend s'être assoupie sur un banc alors que Fiona jouait avec sa petite sœur Eva. La police lance aussitôt un appel à témoin pour disparition inquiétante. Trois services de police sont mobilisés. Le parc Montjuzet est ratissé par des renforts de l'armée. Deux pistes sont privilégiées : l'enlèvement et la piste familiale. La mère vivait depuis peu avec Berkane Makhlouf qui déclare alors que Fiona est comme sa fille.

Dès les premiers jours, des connaissances, des voisins, des inconnus se mobilisent. En plus de la justice. Le parquet ouvre une information judiciaire pour enlèvement et séquestration. 250 personnes figurant au fichier judiciaire des auteurs d'infractions sexuelles sont entendus par les policiers. Un ex-compagnon, soupçonné d'avoir enlevé Fiona pour se venger, clame son innocence. Un mois après la disparition, Cécile Bourgeon ne dévie pas dans ses déclarations. Courant juillet le couple s'installe à Perpignan chez la mère de Cécile Bourgeon. Mais les incohérences des déclarations du couple et surtout leur passé toxicomane amènent la justice à les placer en garde à vue le 24 septembre. Ils ont attendu que Cécile Bourgeon accouche de son troisième enfant, celui de Berkane Makhlouf.

Les aveux

Cécile Bourgeon craque la première. Elle avoue la mort de Fiona. Berkane Makhlouf confirme la mort de la fillette. Devant le palais de justice la foule se déchaîne. Cécile Bourgeon parle d'un acte de violence de Berkane Makhlouf. Lui soutient la thèse d'une mort par étouffement dans la nuit de samedi à dimanche et accuse sa compagne d'avoir également frappé la fillette. Les deux s'opposent dans leur version, mais tous deux s'accordent à dire que le dimanche 12 mai au matin Cécile Bourgeon au volant, Berkane Makhlouf à ses côtés sont allés enterrer Fiona dans une zone forestière vers le lac d'Aydat. Ils ont emmené avec eux Eva, la petite sœur.

Depuis la mort de Fiona la justice a transporté a plusieurs reprises Bourgeon et Makhlouf sur la zone immense du lac d'Aydat. Aucun des deux n'a reconnu l'endroit où est supposée être enterrée la petite fille.
Un an après le signalement de la disparition de Fiona, de nouvelles fouilles seront être organisées le mardi 13 mai

http://auvergne.france3.fr/disparition-de-fiona

samedi 10 mai 2014

Dax : avis de recherche suite à la disparition d'une adolescente

La famille d"Ily LLareu est sans nouvelle depuis mercredi. La jeune fille de 16 ans est scolarisée à Orthez.
Sans nouvelle d'elle depuis ce mercredi en fin d'après-midi, la famille d'Ily LLareu lance un avis de recherche diffusé sur les réseaux sociaux et affiché sur le territoire du Grand Dax.
Publicité
Âgée de 16 ans, l'adolescente pourrait se trouver à Dax. Elle y était quand elle a coupé son portable, aux abords de la gare de la cité thermale où elle revenait en train d'Orthez, où elle est scolarisée au sein du lycée agricole.
Pas plus que sa famille, ses amis ne savent où se trouve la jeune fille brune. La thèse de la fugue reste cependant privilégiée, avec un précédant qui date de moins de trois semaines.
La police et la gendarme, alertées de cette disparition, n'ont pour l'heure pas retrouvé l'adolescente. Toute personne susceptible d'apporter des éléments peut se mettre en rapport avec les forces de l'ordre ou contacter la famille d'Ily LLareu au 06 95 12 25 09

http://www.sudouest.fr/2014/05/10/dax-avis-de-recherche-suite-a-la-disparition-d-une-adolescente-1550974-3350.php

vendredi 9 mai 2014

Disparition de Pierre Descaves, ancien leader du FN en Picardie

Pierre Descaves est décédé, mercredi, en début d’après-midi à l’âge de 89 ans. Le leader historique du en Picardie a été député de l’Oise de 1986 à 1988 et a manqué de prendre la mairie de Noyon en 1995, lorsqu’il avait recueilli 48,12 % des suffrages exprimés. Ce combattant de la Seconde Guerre mondiale a aussi été conseiller régional de 1986 à 2010, conseiller général du canton de Noyon de 1998 à 2004.
Activiste de l’OAS pour la défense de la présence française en Algérie, il a également été conseiller municipal de Noyon de 1989 à 2001. « C’est avec beaucoup de peine que nous avons appris son décès, a réagi Michel Guiniot, leader du dans l’Oise. Pierre Descaves était le genre d’homme à mettre sa peau au bout de ses idées, incarnant la droiture, l’honnêteté, la gentillesse et la générosité. »

http://www.leparisien.fr/oise-60

jeudi 8 mai 2014

Décès à 30 ans d'Elena Baltacha

L'ancienne numéro 1 du tennis féminin britannique Elena Baltacha est décédée à l'âge de 30 ans des suites d'un cancer du foie, a-t-on appris dimanche à Londres auprès de sa famille.
Originaire de Kiev en Ukraine, mais ayant grandi en Ecosse, Elena Baltacha avait annoncé qu'elle avait un cancer du foie en mars dernier après que celui-ci eut été diagnostiqué en janvier. Fille d'une ancienne athlète russe et de Sergei Baltacha, footballeur professionnel à Ipswich Town et à Inverness, elle avait été victime dès l'âge de 19 ans d'une cholangitis sclérosante primitive, une maladie du foie qui s'attaque au système immunitaire.
Malgré sa maladie et de nombreuses blessures, elle s'était qualifiée pour le 3e tour des Internationaux d'Australie en 2005 et 2010 et avait réussi à se hisser jusqu'à la 49e place mondiale. Elena Baltacha s'était également qualifiée pour le troisième tour de Wimbledon en 2002 et a fait partie de l'équipe de Fed Cup britannique pendant 11 ans. Meilleure joueuse de Grande-Bretagne pendant près de trois ans, Baltacha avait abandonné la compétition en 2013. Des vedettes du tennis mondial, dont Andy Murray, Martina Navratilova, Tim Henman, Greg Rusedski et Heather Watson, doivent participer le 1er juin prochain à une manifestation pour la recherche contre le cancer qui devrait se tenir en souvenir de la joueuse disparue.

http://sport24.lefigaro.fr/tennis/wta/actualites/deces-a-30-ans-d-elena-baltacha-693059

mercredi 7 mai 2014

Loire. La disparition d’un quadragénaire jugée inquiétante

Tout part d’un simple accident de la circulation rue Jean-Padel, à Fraisses, le vendredi 2 mai. Le conducteur de l’un des véhicules impliqués dans le face-à-face décide de prendre la fuite à pied, laissant ses affaires dans sa voiture (une Saxo grise). Depuis, c’est silence radio.
Christophe Chabrier, âgé de 48 ans, n’est jamais rentré à son domicile de Çaloire, situé à une dizaine de kilomètres, et n’a donné aucun signe de vie.
La famille a décidé d’alerter les services de police qui viennent de lancer un avis de recherche suite à cette disparition jugée «inquiétante». Ce mardi après-midi, policiers, famille et amis ont ratissé les bois à la recherche du quadragénaire entre les lieux de l’accident et son domicile. Ils ont été épaulés par les sapeurs-pompiers de Saint-Étienne qui ont sillonné, à bord d’une embarcation, la retenue de Grangent aux alentours du Pertuiset, à Unieux. Sans succès. Pour l’heure, aucune hypothèse n’est avancée sur les causes de cette disparition.
Toute personne susceptible d’apporter des renseignements est priée de contacter le commissariat de Firminy au 04 77 40 15 40.

http://www.leprogres.fr/loire

mardi 6 mai 2014

Disparition inquiétante

Les gendarmes de la brigade territoriale de Geispolsheim sont à la recherche de Marthe Pierrel, 26 ans, disparue depuis le 17 avril. Elle a quitté la commune où elle logeait ce jour-là, à bord de sa voiture. De corpulence normale, la jeune femme mesure 1,60 m. Elle porterait un pantalon noir, une écharpe mousseline bleue et un tee-shirt à manches longues délavé. Ses cheveux sont longs et châtain clair. Par ailleurs, elle porte des lunettes et circule en Renault Twingo de couleur jaune, immatriculée « BT-384-RD ».
Toute personne disposant d’informations est invitée à se faire connaître au ✆ 03 88 68 61 62.

http://www.dna.fr/edition-de-strasbourg-erstein/2014/05/06/disparition-inquietante

lundi 5 mai 2014

Disparition inquiétante à Taussac : un pêcheur n'est pas rentré à son domicile

Les gendarmes sont intervenus, samedi, sur la commune de Taussac, entre Lacroix-Barrez et Mur-de-Barrez, pour rechercher un pêcheur qui n'était pas rentré à son domicile à 22 heures. Les recherches pédestres engagées une partie de la nuit ont repris hier matin, avec un hélicoptère du détachement aérien de la gendarmerie d'Égletons. Vingt gendarmes, sous les ordres du chef d'escadron Alquier, commandant de la compagnie de Rodez, ont parcouru, la journée durant, les abords du ruisseau d'une part très encaissé, d'autre part aux berges particulièrement abruptes, ce qui rend les recherches d'autant plus difficiles. Les sapeurs-pompiers, avec une équipe de sauveteurs aquatique encadrée par un plongeur ont aussi participé aux recherches. Hier, en fin d'après-midi, les recherches de cet homme de 50 ans, qui connaît bien le secteur, étaient toujours vaines. Elles doivent reprendre ce matin

http://www.ladepeche.fr/article/2014/05/05/1875470-disparition-inquietante-taussac-pecheur-est-rentre-domicile.html

dimanche 4 mai 2014

Korneev est décédé

Andrei Korneev, médaillé de bronze sur 200 m brasse aux JO d'Atlanta, en 1996, est décédé des suites d'un cancer de l'estomac, a annoncé vendredi le site spécialisé Swimvortex. L'ancien nageur russe avait 40 ans. Il avait été au coeur d'une controverse après les Jeux avec son contrôle positif au Bromantan, un stimulant prohibé par la Fédération internationale (FINA) mais seulement inscrit par association et non pas nommément sur la liste du Comité international olympique à l'époque. Sa médaille olympique lui avait été retirée puis réaccordée suite à la décision en appel du Tribunal arbitral du sport. Korneev avait été détenteur du record d'Europe de la distance en petit bassin en 1998 (2'07''79).

http://www.lequipe.fr/Natation/Actualites/Korneev-est-decede/461835

samedi 3 mai 2014

Disparition du journaliste Guy-André Kieffer en Côte d’Ivoire : 10 ans après, Rsf dénonce l’indifférence de Ouattara

Mercredi 16 avril 2014, 10 ans que le journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer disparaissait comme une aiguille dans une botte de foins à Abidjan, en Côte d'Ivoire alors qu’il menait une investigation pour révéler les malversations qui ont cours dans la filière cacao. Il avait disparu sur un parking à Abidjan alors qu’il avait rendez-vous avec Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo, l’épouse de l’ex Chef d’Etat. 
10 ans après cette mystérieuse disparition, impossible de dire avec exactitude ce qui est arrivé à ce journaliste. L’Ong Reporter sans frontière (Rsf) est revenu sur le dossier de l’enquête sur ce drame mardi. Selon l’Ong le pouvoir d’Alassane Ouattara n’aide à rien. A Abidjan, jusqu’au 1er mai prochain, Rsf organise une campagne d’affichage pour demander au président ivoirien Alassane Ouattara de respecter sa promesse faite en avril 2012. La responsable du Bureau Afrique de Rsf, Cléa Kahn-Sriber a déclaré à Rfi que « La plupart des personnes appelées à témoigner n’ont pas pu être auditionnées soit parce qu’elles n’ont pas pu être localisées, n'ont pas pu quitter le territoire de la Côte d’Ivoire, ou encore parce qu’on a été empêchés de les joindre. Il y a donc beaucoup de questions qui restent ouvertes sur la bonne volonté des autorités des différents pays de faire en sorte que cette enquête trouve une résolution et que la justice puisse être rendue à la famille de Guy-André Kieffer. Dans les faits, on ne voit pas vraiment d’évolution positive ». La question qui se pose actuellement est pourquoi le gouvernement d’Alassane Ouattara ne facilite pas l’évolution de l’enquête ? Tout ce qui a été fait par les enquêteurs est jusque-là sans effet. Les tentatives du juge d’instruction Patrick Ramaël pour écouter Simone Gbagbo, ont été vaines et après l’audition de l’ancien chef de la garde rapprochée de l’ex première dame, le commandant Anselme Séka Yapo, dit Séka Séka c’est toujours le statu quo.

http://www.lanouvelletribune.info/index.php/monde

vendredi 2 mai 2014

Inquiétantes disparitions dans le Grand Sud

Ces dernières semaines, plusieurs cas de disparitions ont été signalés dans le Grand Sud. Après l'affaire de Perpignan, ces «absences» sont toujours inquiétantes. Chaque année, 55 000 personnes disparaissent. Dans 10 % des cas, cela débouche sur un drame.
Où est Missao ? Cette jeune prof d'anglais du lycée Bellevue à Toulouse s'est volatilisée du côté du Prat-d'Albis en Ariège. Elle était partie pour une randonnée. Mortelle ? Depuis le 14 mars, ses proches sont dans l'angoisse. Tous les scénarios restent possibles : un accident fatal dans ce secteur plutôt escarpé, un malaise brutal, une mauvaise rencontre…

La Toulousaine amnésique

Le 22 avril, dans les Landes, Roxane, 26 ans, partait dans les bois avec son chien. Elle n'en est jamais revenue. On l'a retrouvée trois jours plus tard. Morte. Un suicide, sans doute, après la mort accidentelle de son grand frère.
Parfois, les issues sont moins tragiques. La semaine dernière, on s'est beaucoup inquiété pour un architecte toulousain, dont on était sans nouvelles. On l'a retrouvé. Sain et sauf. Après un passage à vide.
Autre histoire étrange : cette jeune Toulousaine disparue à Toulouse le 11 février dernier. Sa photo a été diffusée à tous les services de police européens. Et on a fini par la retrouver sur une plage des Asturies, près de Gijon, en Espagne. Elle était amnésique… Amnésique aussi , ce marin ariégeois qui s'était évaporé au mois d'août 2001, au cours d'une fête à Toulon, dans le Var. Tout le monde le croyait au fond du port, mais on l'a retrouvé un an et demi plus tard, à Rome, en février 2003 : il ne savait plus non plus qui il était. Et puis, il y a des disparitions qui deviennent inévitables, lorsque certains perdent l'espoir pour eux-mêmes. Sans aller jusqu'au suicide, ils se fondent dans la masse anonyme des SDF, se programment ainsi une sorte de mort sociale. C'est ce qui était arrivé à cet ancien médecin, qui vivait sous une tente à Toulouse et que sa fille recherchait depuis quinze ans.

Toujours pas d'explications

Certaines disparitions n'ont, elles, aucune explication. Et restent des années durant, insolubles. Plongeant les familles dans une infinie douleur quotidienne. Ainsi, 18 ans après, on ignore totalement ce qu'est devenue la petite Marion Wagon, disparue à Agen. Dans le Tarn, le mystère reste total depuis maintenant onze mois. Qu'est devenue Amandine ? Sa maison était ouverte, et on a retrouvé par terre une boucle d'oreilles… Inquiétant (lire ci-contre). On n'a jamais eu de nouvelle d'Emmanuelle Sanchez, la coiffeuse de Colomiers. Et tandis que son mari Jacques Viguier a été définitivement acquitté en 2012, on ne comprend toujours pas ce qui a pu arriver à Suzy Viguier depuis 2000.
Les services de police recensent environ 50 000 disparitions chaque année. Les neuf dixièmes sont des fugues d'adolescents qui se terminent bien. Les policiers prennent au sérieux même ces escapades, car les enfants peuvent tomber sur la mauvaise personne au mauvais moment.
Beaucoup de ces «fugues» sont aussi le fait de malades d'Alzheimer et leur échappée n'est pas toujours belle. Enfin, il faut aussi comptabiliser ces enlèvements entre deux parents qui se déchirent la garde des enfants.
Reste un petit nombre de disparitions sur lesquelles plane définitivement un angoissant point d'interrogation.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/05/02/1873870-inquietantes-disparitions-dans-le-grand-sud.html